HomeMusiqueVianney - Le chanteur s'en prend à l'industrie injuste du streaming

Vianney – Le chanteur s’en prend à l’industrie injuste du streaming

Vianney est l’un des chanteurs les plus connus et écoutés de France. Un énorme succès qui lui permet de gagner bien sa vie. Dans une récente interview accordée au Parisien, l’artiste s’en prend au streaming et notamment à la répartition des revenus avec les artistes.

Une large présence de Vianney !

Une large présence de Vianney !

C’est en 2014 que Vianney connaît un grand succès grâce à la chanson ‘Pas là’ tirée de son premier album ‘Idées Blanches’. Depuis, on ne voit que lui. Le jeune homme de 30 ans, est partout ! On le voit chaque samedi dans l’un des programmes les plus populaires ‘The Voice’. Mais aussi avec son dernier opus ‘N’attendons Pas’ sorti en 2020, et qui ne cesse de cartonner.

Une idée merveilleuse !

Une idée merveilleuse !

En fait, Vianney n’hésite pas à donner son avis sur le milieu de la musique. Lors d’un entretien accordé au journal Le Parisien.. L’époux de la violoncelliste Catherine Robert donne son avis sur le streaming musical. Pour Vianney, le streaming reste « une idée merveilleuse ». Ce dernier permet au plus grand nombre d’écouter, découvrir et partager des millions de chansons avec autant de facilité.

Une question d’équité !

Une question d’équité !

Toutefois, le chanteur estime que le système actuel n’est pas exempt de tout reproche. “La répartition des revenus me paraît injuste, dans la mesure où ce n’est pas le nombre d’auditeurs qui est pris en compte. Mais le nombre d’écoutes d’une chanson. J’aime l’idée qu’un abonné qui dépense 10 euros par mois pour écouter Neil Young ou Jeanne Added ne se retrouve pas à financer Jul ou Vianney”, a-t-il d’abord déclaré.

Un principe plus équitable et logique

Un principe plus équitable et logique

Ainsi, pour justifier ses propos, l’interprète de ‘Je m’en vais’ cite donc un exemple parlant. “Lorsque je demande une baguette à ma boulangère. Je trouve normal que l’euro que je lui donne ne revienne pas à la boulangerie d’à côté. Le principe du « user centric » (NDLR : où chaque auditeur rémunérerait les artistes qu’il écoute) me paraît plus équitable et logique.”, a expliqué Vianney . Selon, Vianney il faudrait donc que chaque auditeur rémunère les artistes qu’il écoute en fonction de ses écoutes. Pourtant, ce dernier bénéficie du système actuel, dit « market centric », qui favorise les artistes populaires. « Pas là », « Je m’en vais », « Beau-Papa » et surtout « La même » avec Gims cumulent désormais des centaines de millions d’écoutes.

Vianney : Je n’ai aucune idée de ce que le streaming me rapporte

Vianney : Je n’ai aucune idée de ce que le streaming me rapporte

Pour finir, l’auteur-compositeur indique ne pas savoir combien d’argent il fait grâce au streaming. “Je n’ai aucune idée de ce que le streaming me rapporte, les chiffres sont assez flous, commente-t-il. En revanche, j’ai conscience d’appartenir aux privilégiés du système, sans que cela ne m’empêche pas de penser qu’il n’est pas équitable et mette en péril la diversité. C’est peut-être d’ailleurs ma position de gagnant qui me pousse à défendre les perdants.”, assure-t-il.

Meriem Meskouk
Créatrice et curieuse, j'ai grandi en compagnie des livres, toujours à la recherche de nouvelles expériences à mener. Aussi, je suis passionnée par la cuisine et la photographie culinaire.
SUGGESTIONS