Une vague de chaleur dévastatrice : « l’enfer arrive », préviennent les météorologues

Ces évènements climatiques extrêmes pourraient devenir plus fréquents et avoir des impacts irréversibles sur l'environnement.

Une vague de chaleur intense est sur le point de cuire l’Europe dans les prochains jours. Et elle pourrait être historique et potentiellement briser des records sur une grande partie du continent.

La vague de chaleur devrait culminer entre mercredi et vendredi. Ceci lorsqu’une bande allant de l’Espagne à la Pologne devrait connaître des températures d’au moins 11 à 17 degrés au-dessus de la normale. Les températures réelles devraient atteindre au moins 35 à 40 degrés Celsius sur une vaste zone.

Une vague de chaleur avec des températures records

Certains endroits pourraient être encore plus chauds, en particulier dans les villes où un effet « d’îlot de chaleur » dû à l’asphalte et au béton augmente les températures.

Mika Rantanen, météorologue en Finlande, a décrit les prévisions de modèles informatiques pour l’intensité de la chaleur « totalement inédite pour juin » en France.

Les vagues de chaleur du début de l’été peuvent être particulièrement mortelles. Car les gens n’ont pas encore eu le temps de s’acclimater aux températures plus élevées. Les personnes âgées, les sans-abri et les personnes sans climatisation sont les plus susceptibles d’être touchées.

« Les vagues de chaleur sont des tueurs silencieux », a tweeté Stefan Rahmstorf, climatologue à l’université de Potsdam. « La vague de chaleur européenne de 2003 a causé environ 70 000 décès. On estime que l’été chaud de l’année dernière en Allemagne a causé au moins 1 000 décès supplémentaires. »

Les températures les plus élevées sont susceptibles de se produire dans l’ouest et le centre de l’Europe continentale. Certains des pays les plus durement touchés en Espagne et en France devraient voir des températures d’au moins 40 degrés Celsius pendant trois jours consécutifs, du mercredi au vendredi.

L’enfer arrive en Europe

Dans un tweet viral, Silvia Laplana, météorologue en Espagne, a écrit « El infierno », qui se traduit par « l’enfer arrive ». Le mercure devrait approcher 40,6 Celsius à Madrid vendredi, ce qui serait sa température la plus élevée jamais enregistrée.

À Paris, les températures peuvent approcher 40 degrés Celsius du mercredi au vendredi. La combinaison de chaleur et d’humidité créera des conditions difficiles lors de la Coupe du monde féminine lorsque les États-Unis affronteront la France. Bien que le match soit fixé à 21 heures, heure locale, lorsque les pires conditions se seront apaisées.

Paris, avec plus de la moitié de la France, est sous alerte orange, le deuxième niveau le plus élevé sur l’échelle de chaleur du pays. L’échelle a été instituée après la canicule de l’été 2003, responsable de 15 000 décès.

Le météorologue français Gillaume Woznica a tweeté mardi que les dernières prévisions ne laissent aucun doute sur le fait que la France établira un nouveau record national de chaleur autour de 45 degrés Celsius vendredi. Dépassant l’ancien record de 44,1 degrés Celsius, établie en 2003.

Plus au nord-est, Berlin devrait flirter avec le siècle jeudi. Tandis que Potsdam devrait battre son record absolu de 2 degrés Celsius. En Suisse, il devrait faire environ 37 degrés Celsius à Genève mercredi et jeudi.

Vague de chaleur : des records battus partout en Europe

En plus de la France, une liste des records nationaux de juin qui pourraient être battus comprend l’Autriche, l’Allemagne et la Suisse. Ainsi que plusieurs autres dans la région. Certains records de tous les temps, établis pour la plupart en juillet ou en août, pourraient également être menacés.

Au Royaume-Uni et en Irlande, les températures ne devraient pas être aussi intenses que dans le sud. Mais certains endroits devraient voir des lectures dans les 27, ce qui est considérablement au-dessus de la normale pour la période de l’année. Plus à l’est, dans le sud de la Suède, ainsi qu’au Danemark voisin, certains endroits pourraient approcher les 32 degrés.

Les raisons de cette vague de chaleur

Une partie de la cause de la vague de chaleur massive du début de saison est une paire de puissants systèmes à haute pression. L’un est près du Groenland et l’autre au-dessus du centre-nord de l’Europe. Au fur et à mesure qu’ils deviendront liés et fléchiront au cours des prochains jours, ils agiront également pour bloquer un système de basse pression au sud. Qui aspirerait finalement de l’air plus frais au-dessus de l’Europe.

Ensemble, les zones de haute pression, combinées à la zone de basse pression plus froide au large, dirigeront un « panache espagnol » sur l’Europe continentale et le Royaume-Uni.

Le panache d’air chaud, provenant des déserts d’Espagne et du Sahara, se répandra sur la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne. Le résultat peut être beaucoup de chutes de records et parfois de violents orages.

Dans certaines régions, la chaleur qui en résultera sera une version intensifiée de ce à quoi ils ont déjà été confrontés. Tandis que dans d’autres, ce sera davantage un choc.

Jusqu’à présent, le mois de juin a été dominé par la chaleur en Europe orientale et centrale. Avec des conditions plus fraîches que la normale sur les parties occidentales du continent.

L’Allemagne connaît un mois de juin parmi les cinq plus chauds. Avec Potsdam, dans le nord-est du pays, en route vers son mois de juin le plus chaud jamais enregistré. Mais plus à l’ouest, cet assaut de chaleur représente une sorte de changement de modèle.

« Jusqu’à présent cet été, il a souvent fait frais et il a souvent plu », a noté la BBC.

Les périodes les plus chaudes depuis 1500 après JC

Cette vague de chaleur précoce est la dernière d’une série d’épisodes de chaleur historiques de ces dernières années. L’été dernier, le continent a connu des températures records incessantes associées à des conditions exceptionnellement sèches. En conséquence, la sécheresse et les incendies de forêt étaient endémiques.

« Les étés les plus chauds depuis 1500 après JC en Europe ont été : 2018, 2010, 2003, 2016, 2002 », a écrit Rahmstorf.

hautes températures météo france
Prévision de température élevée pour l’Europe mercredi. (WeatherBell.com)

Le régime météorologique plus large derrière cette vague de chaleur a des liens avec la zone de haute pression stagnante. Elle est responsable du grand événement de fonte du Groenland à la mi-juin.

La fonte du Groenland et cette vague de chaleur sont liées à un « modèle de blocage » composé de zones de haute pression importantes et lourdes. Elles se trouvent dans les latitudes nord qui peuvent rester bloquées et entraîner des conditions météorologiques extrêmes. De tels schémas pourraient devenir plus courants dans un monde qui se réchauffe.

Alors que la vague de chaleur actuelle devrait culminer plus tard cette semaine, des conditions plus chaudes que la normale semblent persister plus longtemps dans une grande partie de l’Europe occidentale et centrale. Tout air particulièrement plus frais semble susceptible de rester centré près des États nordiques et en Asie pour le moment.