Sécheresse : restrictions d’eau en place, quelle est la gravité du risque en France ?

Les Français sont encouragés à économiser l’eau dans la mesure du possible alors que les problèmes de sécheresse augmentent à travers le pays.

Une quinzaine de départements sont déjà en alerte ou en alerte sécheresse suite à un hiver particulièrement sec. Lorsqu’un département est placé sous alerte, cela signifie que les habitants de zones spécifiques sont tenus de réduire leur consommation d’eau à des fins non essentielles.

Des alertes à la sécheresse touchent actuellement des parties de : Maine-et-Loire, Loire-Atlantique, Loiret, Var, Vienne, Deux-Sèvres, Charente-Maritime, Charente, Ain, Drôme, Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône et Vaucluse, où le déficit pluviométrique est de 70%.

L’Ille-et-Vilaine et l’Indre sont également mises en garde

« C’est à chacun de faire attention à l’eau qu’il utilise, pour ne pas la gaspiller inutilement », explique Violaine Bault, hydrologue au Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM).

« La recharge des nappes phréatiques a été déficitaire cet hiver. Donc, une grande partie d’entre elles sont désormais en dessous des niveaux normaux », a-t-elle déclaré à Franceinfo.

Elle a ajouté que la situation est « très variée » selon les régions. Avec des nappes phréatiques dans le sud-ouest, l’Occitanie et le nord qui s’en sortent mieux. Tandis que d’autres, notamment en Provence-Alpes-Côte d’Azur et autour de la Charente, sont dans un état préoccupant.

On en voit déjà les conséquences, avec des arrêtés préfectoraux limitant l’usage de l’eau. Et il faut noter que la majorité des grandes nappes phréatiques en France régulent le débit des cours d’eau.

Donc pendant l’été, quand il ne pleut pas, s’il y a encore de l’eau dans les ruisseaux et les rivières, c’est parce qu’elle vient du sous-sol. Ainsi, si les nappes phréatiques sont à des niveaux bas, elles peinent à alimenter les cours d’eau, qui s’amenuisent et ont un impact sur la faune et la flore.

Même si la France recevait des quantités importantes de pluie la semaine prochaine, il serait déjà trop tard pour avoir un effet sur la nappe phréatique, a ajouté Mme Bault. Même si cela éviterait aux agriculteurs d’avoir à irriguer leurs terres.

Une sécheresse qui s’est faite sentir par le temps chaud de cette semaine

Les sols secs de la France ne sont pas aidés par les moyennes de température de 25 à 30 ° C qui se font sentir dans tout le pays cette semaine.

Le mercredi 11 mai devrait être la journée la plus chaude de la semaine. Avec des températures grimpant jusqu’à 30°C dans tout le pays, s’établissant à 29°C à Bordeaux, 28°C à Lyon et Tours et 27°C à Paris.

La Bourgogne et les contreforts pyrénéens pourraient connaître des températures de 31-32°C.

La journée commencera nuageuse entre Pays de Loire et Poitou-Charentes mais le ciel se dégagera bientôt pour un après-midi ensoleillé. De la côte atlantique jusqu’à la Manche, la grisaille peut persister plus longtemps.

Le temps de cette semaine devrait se poursuivre pendant le week-end et peut-être la semaine prochaine. Aggravant une sécheresse qui cause déjà des problèmes aux agriculteurs de tout le pays.

Le manque d’eau, couplé à la chaleur, « aura un impact sur la production céréalière », a prévenu le ministère de l’Agriculture. « Les cultures d’hiver qui sont actuellement dans leur phase de développement commencent à connaître des situations qui affecteront leur rendement. »

La France vient de connaître son début d’année le plus sec depuis 2012. Entre septembre 2021 et avril 2022, le déficit pluviométrique de la France était estimé à 19 %. Tandis que le déficit des nappes phréatiques était de 20 %, selon le ministère de la transition écologique.

Les ministres ont donc décidé d’augmenter de 20 millions d’euros supplémentaires le fonds gouvernemental pour les agriculteurs.

Comment fonctionnent les avertissements et les restrictions de sécheresse ?

La vigilance est le niveau le plus bas de restriction à la sécheresse en France. Elle consiste à sensibiliser et à encourager les individus à réduire leur consommation d’eau.

Le niveau suivant est l’alerte. Ce qui entraîne une réduction de la quantité d’eau qui peut être utilisée pour l’agriculture et pour l’arrosage des espaces verts tels que les terrains de golf.

Elle est suivie d’une alerte renforcée, qui renforce les restrictions ci-dessus et pourrait également entraîner l’interdiction temporaire de certains usages.

Le dernier niveau de restriction est la crise. En vertu duquel l’eau ne peut être utilisée que pour des raisons essentielles telles que boire, cuisiner ou se laver.

En période de sécheresse, le ministère de l’agriculture peut décider de reconnaître un état de calamité agricole et d’indemniser les agriculteurs jusqu’à 30 % de leurs récoltes détruites.

Vous pouvez trouver plus de détails sur les avertissements de sécheresse et/ou les restrictions en place dans toute la France sur le site Web Propluvia du ministère de l’Écologie. Vous pouvez également vous renseigner sur les restrictions en place dans votre département en vous rendant sur le site internet de votre préfecture.

Comment puis-je contribuer à économiser l’eau ?

Vous pouvez économiser de l’eau en :

– Veillant à ne pas laisser couler les robinets.
– Ne lavant pas sa voiture et limiter l’arrosage de son jardin.
– Mettant votre lave-linge et votre lave-vaisselle en mode éco.
– Récupérant l’eau de pluie qui tombe pour arroser plus tard votre jardin.