Retraités : faites-vous partie des chanceux pour la prime inflation ?

L’allocation d’inflation sera versée aux bénéficiaires d’une pension de retraite (y compris ceux qui sont bénéficiaires du minimum vieillesse ou d’une pension de réversion) résidant en France et percevant une pension totale inférieure à 2 000 € nets par mois.

L’évaluation des ressources sera basée sur le montant des retraites de base et complémentaires (exemple AGIRC-ARRCO).

Prime inflation pour les retraités, découvrez si vous faites partie des heureux élus

Selon nos informations, c’est le jour J pour les retraités ! En effet, nombre d’entre eux ont reçu le versement de la prime d’inflation ce matin, vendredi 25 janvier 2022. Notamment, les retraités affiliés aux Cars.

Attention, cela ne veut pas dire que tous les retraités l’ont reçu, ou même le recevront avant la date limite du 28 février. Malheureusement, il est fort possible que certains allocataires d’une pension de réversion Agirc-Arrco ne la perçoivent pas avant début mars.

Malgré un paiement le dernier jour de février, les délais bancaires appliqués par certaines banques pourraient retarder la réception du paiement de 1 à 5 jours.

Sachez qu’un nouveau site Internet gouvernemental verra le jour début mars. Son objectif ? Permettre à toutes les personnes qui n’ont pas reçu la prime d’inflation alors qu’elles remplissent tous les critères, de faire une réclamation afin de l’obtenir. Jusque-là, aucun pas dans cette direction n’était possible.

Si vous êtes retraité et remplissez les deux conditions obligatoires, la prime d’inflation de 100 euros vous sera versée courant février 2022. Attention, vous ne percevrez pas votre prime d’inflation en même temps que le versement de votre pension. Pour y prétendre, voici les deux conditions indispensables : être résident français et avoir une pension de retraite inférieure à 2 000 euros net par mois.

Qui sont les payeurs de la prime d’inflation pour les retraités ?

Si vous percevez une pension du régime général, l’assurance retraite vous versera la prime d’inflation d’un montant de 100 euros. Rappelons que le service des pensions de l’Etat ne paiera cette prime que si l’Assurance Retraite ou la MSA ne la paie pas.

Voici un inventaire des différents organismes payeurs selon votre situation :

  • Retraités avec emploi de pension combiné : Employeur
  • Les retraités bénéficiaires d’une retraite progressive : Employeur
  • Retraités bénéficiant d’une préretraite amiante (ACAATA) : Employeur
  • Retraités bénéficiaires d’une cessation d’activité anticipée : Employeur
  • Bénéficiaire retraité de l’ASPA : Employeur
  • Retraité ne percevant aucune pension du régime général : Voitures
  • Bénéficiaire retraité de l’AAH rattaché au régime général : Caf
  • Bénéficiaire retraité d’une pension d’invalidité : Caisse versant la pension d’invalidité

Attention, la prime d’inflation ne vous sera pas versée avec votre pension ! Surtout, le paiement est totalement indépendant et aucune action n’est à entreprendre. Par ailleurs, le transfert est effectué automatiquement par la caisse de pension concernée.

De plus, la somme versée n’est pas imposable et ne peut être prise en compte dans le calcul de vos ressources pour l’attribution des aides sociales telles que l’ASPA. Enfin, le Service des Retraites de l’Etat peut être appelé à verser la prime d’inflation, uniquement si l’Assurance Retraite ou la MSA ne la verse pas.

Les cas particuliers

L’allocation d’inflation sera versée aux personnes dont les revenus d’activité ou de remplacement sont inférieurs à 2 000 € nets par mois. Elle sera finalement accordée aux bénéficiaires d’allocations et de prestations sociales.

La liste des principales catégories de bénéficiaires est la suivante :

  • Salariés d’employeurs privés, y compris apprentis et bénéficiaires d’un contrat de professionnalisation
  • Fonctionnaires
  • Bénéficiaires d’une retraite anticipée
  • Travailleurs indépendants
  • Artistes auteurs
  • Demandeurs d’emploi et stagiaires en formation professionnelle
  • Bénéficiaires de pensions d’invalidité
  • Retraités, y compris bénéficiaires de pensions de survie
  • Étudiants boursiers et bénéficiaires d’une aide au logement
  • Jeunes en parcours d’accompagnement vers l’emploi ou en service civique ou en volontariat d’insertion
  • Bénéficiaires des minima sociaux

La prime de 100 euros est accordée sur une base individuelle. En d’autres termes, la composition du ménage n’est pas prise en compte pour déterminer l’éligibilité à la compensation de l’inflation. Ainsi, un couple peut percevoir jusqu’à 200 euros, soit 100 euros chacun ou seulement 100 euros si un seul des époux remplit les conditions de revenus (voir ci-dessous). Au total, 38 millions de Français bénéficieront du chèque inflation de 100 euros.

Pour déterminer l’éligibilité à la prime d’inflation, le gouvernement a déterminé un plafond : sont donc concernés les Français qui gagnent moins de 2 000 euros nets par mois – avant application du prélèvement à la source -, quels que soient leur statut et leur profession. Pour déterminer le salaire de référence, le dirigeant a choisi le mois d’octobre 2021. Vous souhaitez en savoir plus sur la prime de 100 euros ? Linternaute.com répond à toutes vos questions. Consultez dès maintenant notre dossier dédié :

Pour être éligible, vous devez gagner moins de 2 000 euros nets par mois, soit 2 600 euros bruts pour le mois à partir d’octobre 2021, que vous soyez fonctionnaire, salarié, indépendant ou retraité. A noter : ce plafond de 2 000 euros net correspond à votre rémunération avant retenue à la source. Sur la fiche de paie, il faudra donc simplement cocher la ligne « net à payer avant impôt sur le revenu », au-dessus de « net à payer ».

Mais qui est concerné ?

Attention : si vous êtes en contrat court (hors intérim), le versement de la prime de 100 euros n’est pas automatique « si le temps de travail cumulé chez le même employeur est inférieur à 20 heures », prévient le gouvernement dans son dossier de hâte. « Il supposera que le bénéficiaire se rapporte expressément à l’un de ses employeurs, de préférence celui avec lequel la relation de travail est toujours en cours, ou à défaut celui pour lequel il a travaillé le plus d’heures au cours du mois d’octobre. “. Qu’en est-il des autres situations ? Linternaute.com vous les résume :

  • Pour les retraités : vous percevez le minimum vieillesse (ASPA) ou le montant total de vos pensions (régime général, complémentaire, pension de survie, etc.) est inférieur à 2 000 euros net en octobre 2021. « L’évaluation des ressources se fera finalement sur l’assiette du montant des retraites de base et complémentaires (ex AGIRC-ARRCO), y compris les pensions de réversion [du mois d’octobre 2021]», précise-t-on.
  • Pour les indépendants : vous devez avoir été actif en octobre 2021 et avoir déclaré à l’Urssaf ou à la MSA un revenu d’activité inférieur à 2.000 euros nets par mois « pour l’année 2020 », est-il indiqué. « Le revenu net retenu est celui calculé lors de la déclaration annuelle des revenus », est-il rappelé. « Si l’activité est créée sur la période janvier-octobre 2021, cette condition sera finalement considérée comme remplie ».
  • Pour les travailleurs autonomes : votre chiffre d’affaires doit être au moins égal à 900 euros entre le 1er janvier 2021 et le 30 septembre 2021. « Ce montant doit également correspondre à un revenu moyen de 2 000 euros nets par mois sur la période, ce qui correspond, compte tenu de l’application de déductions fiscales selon la nature de leur activité, à un chiffre d’affaires mensuel moyen de : 4 000 € pour les artisans ; 6 897 € pour les commerçants ; 3 030 € pour les professions libérales », complète-t-on dans le dossier de presse.
    Pour les demandeurs d’emploi : vous ne devez pas travailler et votre allocation doit être inférieure à 2 000 euros net.

Échéancier des versements

La prime d’inflation est versée entre décembre 2021 et février 2022. Le paiement doit être effectué par plusieurs canaux, selon la situation du bénéficiaire. Voici l’échéancier de paiement envisagé par le gouvernement :

  • Fin décembre 2021 : c’est la date à laquelle les salariés ont perçu leur indemnité d’inflation, directement sur leur fiche de paie. L’employeur est responsable du paiement, avant d’être indemnisé par l’Etat dans un second temps. Les indépendants sont également concernés par ce délai (les Urssaf se chargent alors du versement), tout comme les étudiants boursiers (compensés par le Crous).
  • Fin janvier 2022 : l’Etat procède au versement de l’allocation d’inflation pour les fonctionnaires, les demandeurs d’emploi (via Pôle emploi), les invalides, les étudiants allocataires des APL et les allocataires des minima sociaux (via la Caisse d’allocations familiales).
  • Février 2022 : c’est à cette échéance que les retraités doivent percevoir une indemnité d’inflation, via leur caisse de retraite.

Vous avez la possibilité de réaliser une simulation sur le site du gouvernement en plus de toutes les informations présentes sur la plateforme. Laissez-vous guider en répondant aux questions posées.