Nouvelles mesures envisagées pour aider le pouvoir d’achat des citoyens

Nouvelles mesures envisagées pour aider le pouvoir d’achat des citoyens

La France se prépare à mettre en place une série de nouvelles mesures visant à aider les gens à faire face à la hausse des prix. Notamment des chèques alimentaires pour les ménages aux revenus les plus faibles. Et finalement une protection supplémentaire contre la flambée des coûts de l’énergie.

C’est ce qu’a annoncé la nouvelle porte-parole du gouvernement français, Olivia Grégoire. Lors d’une conférence de presse à l’issue du premier conseil des ministres du gouvernement d’Élisabeth Borne.

Le gouvernement s’engage pour de nouvelles mesures

Elle a indiqué que le gouvernement s’est engagé à maintenir le « pouvoir d’achat » des citoyens. Ceci avec « un premier projet de loi qui devrait être adopté au Conseil des ministres avant les élections législatives ».

Il n’a pas encore été décidé si ce sera avant le premier ou le deuxième tour.

« Je serai ravi de tracer les contours de ce projet de loi dès qu’ils auront été arrêtés. Comme je l’ai dit, ce sera dans les prochaines semaines. »

Ces nouvelles mesures seront ensuite présentées au Parlement juste après les élections législatives.

Le projet de loi visera à aider tous les Français à réduire les contraintes sur leurs dépenses. Et ceci en agissant sur les prix. Notamment en matière d’énergie avec des plafonds tarifaires.

« Il agira également sur les prix des denrées alimentaires avec la mise en place d’un chèque alimentaire. Et aussi sur les prix des transports avec la remise carburant », a ajouté Mme Grégoire.

Elle a également assuré que les cotisations sociales seront réduites pour les travailleurs indépendants. Et que les salaires des fonctionnaires seront augmentés, que les retraites plus modestes augmenteront également et que le coup de pouce de la « prime Macron » au pouvoir d’achat sera bel et bien triplé. Comme le président l’a précédemment promis.

« Le gouvernement est là pour agir et agir vite », a déclaré Mme Grégoire.

A l’occasion de sa première conférence de presse en tant que porte-parole du gouvernement, Mme Grégoire a déclaré : « J’espère, avec précision, régularité et humilité, pouvoir offrir des propos fiables, clairs et transparents d’un gouvernement qui est à [votre] service ».

Elle a ajouté qu’elle souhaitait « expliquer de manière intelligible aux Français la politique menée par le gouvernement ». Et « tirer des récits simplistes » qui « caricaturent » la réalité.

Un ministre accusé de viol

La réunion du Conseil des ministres d’aujourd’hui a également couvert certaines des principales priorités de la campagne de réélection du président Macron. Notamment l’éducation, la santé, la transition écologique et la lutte contre l’inflation.

Elle est intervenue alors que le nouveau ministre de la solidarité et des personnes handicapées, Damien Abad, est accusé d’avoir violé deux femmes en 2010 et 2011. Comme le rapporte un article publié sur le site français Mediapart. Il a finalement nié les allégations.

L’une des femmes a porté plainte contre M. Abad en 2017, mais celle-ci a ensuite été classée sans suite, ont déclaré Mediapart et M. Abad lui-même.

Dans un communiqué, M. Abad a déclaré : « Je conteste avec la plus grande force ces accusations de violences. Les relations que j’ai eues tout au long de ma vie ont toujours été par consentement mutuel.

Lors de la conférence de presse d’aujourd’hui, Mme Grégoire a déclaré : « Établir la vérité est le travail de la justice ». Ajoutant « qu’à ma connaissance, aucun membre du gouvernement n’était au courant de l’affaire ».

Elle a ajouté que le gouvernement travaille « sans relâche ». Et ceci pour « encourager les femmes victimes de violences à se rendre auprès des autorités ».

Martin Lavoie

Passionné par l'écriture, je me suis tourné vers le métier de rédacteur web en 2016 après plusieurs années d'expérience pour plusieurs blogs. Les médias, la télévision, la technologie et le cinéma n'ont aucun secret pour moi et j'aime faire partager mes passions aux lecteurs.