Mylène Farmer se confie comme jamais “Je suis le loup”

Mylène Framer se confie comme jamais

Lors de la sortie d’un documentaire sur Amazon Prime Video, Mylène Farmer a accordé une interview au Parisien. La chanteuse a exprimé ses ressentis dans sa vie amoureuse.

Mylène Farmer: elle se confie comme jamais "Je suis le loup"

Mylène Farmer, une artiste discrète

Mylène Farmer apparaît rarement dans les médias et ses confidences sont encore plus rares.

Ce vendredi 25 septembre, dans les colonnes du Parisien, Mylène Farmer s’exprime à l’occasion de la sortie sur la plateforme ‘Amazon Video Prime’, une vidéo de son ‘Ultime Création’. 

Une artiste discrète

Mylène Farmer a peur de l’abandon ?

En voix off de ce documentaire lors de ses concerts dans la salle de Paris, La Défense Arena en juin 2019, la star française de 59 ans confie précisément : “Je m’abandonne parce que je n’ai plus peur d’être abandonnée”.

Une peur que la chanteuse explique au quotidien : “Cela me renvoie à un cauchemar récurrent. J’arrive en scène et la salle est vide. La peur viscérale de l’abandon existe chez moi depuis mon enfance”.

Mylène Farmer a peur de l’abandon ?

“Je suis un loup, celui qui vit au fond des bois”

Dans les colonnes du Parisien, Mylène Farmer confie aussi avoir peur de la maladie et de “la mort des gens que j’aime” qu’elle associe à l’abandon ultime. Mais aussi à la souffrance animale. La superstar se souvient aussi de sa timidité existentielle :

“Quelqu’un de proche dit souvent de moi que je suis le loup, celui qui vit au fond des bois, et quand l’heure de monter sur scène arrive, je deviens loup-garou. Mais je ne suis pas consciente de ce double mouvement”, a-t-elle confié.

"Je suis un loup, celui qui vit au fond des bois"

Tout est devenu exposé

Icône de toute une génération, Mylène Farmer juge très durement la génération actuelle :

 Je pense qu’aujourd’hui c’est un désenchantement bien plus réel et plus douloureux. J’ai l’impression que plus les années passent, plus ce monde ne nous offre plus l’espoir possible d’un ré enchantement”.

Quand elle avait embrassé une danseuse devant la caméra en 1996, Mylène Farmer avoue ainsi, avoir fait un acte spontané :

“Je suis heureuse si cela a pu contribuer à déplacer les lignes du politiquement correct. Mais je ne suis pas certaine qu’un grand vent de liberté souffle sur notre époque où tout est exposé, scruté, commenté parfois sans filtre ou respect de la personne… La transparence est un diktat. Vivre librement sa sexualité ne devrait malheureusement plus être un sujet”, explique-t-elle.


Outziouar Abderrazak

Passionné par la téléréalité, je m’intéresse également à toutes les actualités et news people. J'aime aussi recueillir et écrire des informations sur les célébrités.