Kebab : Comment reconnaître un bon maître kebabier ?

Le kebab, c’est un plat qui n’a de grec que son nom. On on connaissait les « chefs », mais pas les maîtres-kebabiers. C’est pourquoi nous avons décidé de vous dévoiler comment reconnaitre le bon.

Petit flash-back !

Petit flash-back !

On le sait, le kebab est un plat turc. Mais ce repas a été popularisé en Allemagne dans les années 60, quand des immigrés Turcs sont venus prêter main forte dans les usines allemandes. 15 ans plus tard, dans un contexte de crise économique… Les Turcs résidants en Allemagne doivent trouver un moyen de subvenir à leurs besoins, tout en répondant à la demande croissante de plats pas chers.

En effet, c’est comme ça que le plat mythique de la street-food allemande a vu le jour. Le succès fut immédiat, à tel point que le « döner kebab » demeure aujourd’hui un plat emblématique de la cuisine allemande. 

Un succès planétaire !

Un succès planétaire !

Aujourd’hui, d’après les données de nos confrères du Parisien, il y aurait environ 120 restaurants de kebab par million d’habitants en France. Chaque région compte au moins 1 enseigne vendant ce sandwich turc. D’après le cabinet spécialisé dans l’alimentation hors domicile Gira… Les kebabier ont vendu en 2019 pas moins de 360 millions de kebabs.

Sur ce grand chiffre, combien étaient fait-maison ? D’après les statistiques, 85% à 95% des kebabs vendus en France utilisent des broches toutes prêtes de viande surgelée importée d’Allemagne. Mais comment les reconnaître ? Voici donc les détails qui doivent vous mettre la puce à l’oreille quant à la qualité du sandwich kebab que vous êtes sur le point d’acheter. 

Les critères d'un bon kebab !

Les critères d’un bon kebab !

On a enquêté et fouillé tout le web pour reconnaître les vrais maitres-kebabiers. Voici sans plus attendre les astuces définies par L’Express pour reconnaître un bon kebab fait-maison. D’abord, jetez un œil à la broche. Si elle est aussi noire que vos mains après avoir réparé votre vélo qui a déraillé, ce n’est pas bon signe. Cela veut potentiellement dire que le kebabier ne l’a pas jetéla veille au soir. 

La broche s’arrête de tourner par moment ? Passez votre chemin. C’est le meilleur moyen pour que les bactéries prolifèrent sur la viande, et donc pour vous rendre malade. À moins que vous ne vous appeliez Alice et que vous soyez potes avec un lapin (auquel cas, c’est inquiétant), vous n’êtes pas si pressé que ça. Tant mieux. Un bon kebab doit être bien cuit. Une cuisson qui demande un minimum de temps. Attentions, si la viande ne cuit pas assez, vous pourriez tomber malade. Patience !

D’autres critères importants pour déguster un bon kebab !

D’autres critères importants pour déguster un bon kebab !

Certes, on est pas la belle Cristina Cordula, présentatrice star des reines du shopping… Mais on se permet tout de même de juger la tenue du maître kebabier. Comme le dit si bien la belle brune, « les accessoires sont hyper importants ! ».

Désormais, le conseil vaut aussi pour le kebabier. S’il n’a ni gants ni tablier, on l’élimine de la compétition. Enfin, le kebab ne doit pas ressembler à une sculpture de Picasso. C’est bien clair

Meriem Meskouk

Créatrice et curieuse, j'ai grandi en compagnie des livres, toujours à la recherche de nouvelles expériences à mener. Aussi, je suis passionnée par la cuisine et la photographie culinaire.