Jérémy Ferrari : sa lettre assassine au gouvernement Emmanuel Macron

La lettre assassine de Jérémy Ferrari à Emmanuel Macron

Jérémy Ferrari a écrit une lettre plutôt virulente et assassine, a Emmanuel Macron et son gouvernement.

Il appelle également les ministres Roselyne Bachelot et Jean Castex a intervenir de toute urgence.

L’humoriste lance un cri d’alarme et un coup de gueule magistral. Jérémy Ferrari demande un soutien ainsi que des mesures cohérentes.

Ceci, pour l’ensemble du monde du spectacle qui meurt à petit feu.

Jérémy Ferrari assassine le gouvernement Macron

Jérémy Ferrari est furieux

La lettre de Jérémy Ferrari débute ainsi : “La réouverture des lieux de moins de 5 000 personnes, sans la levée de la distanciation sociale est illusoire et vous le savez”,

En effet l’artiste devient furieux depuis l’annonce faite par Jean Castex et Roselyne Bachelot.

L’interdiction de tout spectacle ou événement réunissant plus de 5000 personnes reste interdit jusqu’au 30 octobre prochain.

L'humoriste est furieux

Jérémy Ferrari sort du silence

En deçà de 5000 personnes, des mesures sanitaires draconiennes devront s’appliquer.

Jérémy Ferrari sort du silence en laissant éclater sa colère :

“Alors que vous avez d’une manière extrêmement claire, levé les restrictions et la distanciation sociale dans les trains, les avions, les foires etc, vous ne l’avez pas fait dans les lieux culturels”, explique-t-il remonté et furieux.

Jérémy Ferrari sort du silence

L’humoriste déplore l’attitude de Roselyne Bachelot

Jérémy Ferrari continue en déplorant l’attitude des ministres :

“Alors que chaque secteur privé, du tourisme à la restauration en passant par l’événementiel, a eu droit à son mot rassurant”,

“vous semblez prendre un plaisir étrange à laisser le trouble sur la question de la culture. Vous avez nommé une nouvelle ministre, plutôt bien aimée des artistes et des Français, mais elle ne s’exprime pas. Depuis sa nomination, rien.”

L'humoriste déplore l'attitude des ministres

Les artistes sont conscients

L’artiste Jérémy Ferrari, bien connu pour son humour corrosif, ne conteste en aucun cas la gravité de la situation, mais il ajoute :

“Les artistes, les producteurs et les spectateurs, contrairement à ce que vous essayez de laisser penser, ne sont pas moins conscients des problèmes du monde”

Le show man engagé ne lâche rien : “Les artistes ne veulent pas ‘jouer à tout prix’, ils ne refusent pas les règles sanitaires”. Renchérit-il

Un artiste engagé et un humour corrosif

Les productions au bord de la ruine

Il précise que les artistes ont effectivement fait leur part pendant le confinement.

“Ils ont créé, fait des vidéos, des représentations sans public, des live gratuits, des collectes, des mises à disposition de spectacles… pour passer ce cap difficile pour tous”

Du point de vue économique, Jérémy Ferrari estime à cet égard, que la mesure d’un siège sur deux va ruiner les productions.

Jérémy Ferrari sa lettre assassine à Macron

Jérémy Ferrari s’interroge

“Le port du masque, le gel désinfectant demeurent suffisants pour que tout se passe sans risque. Comme dans les transports publics par exemple.”

“Lors de spectacles, les gens ont une attitude beaucoup plus responsable que dans la rue, les plages, les bars etc.”

Jérémy Ferrari se demande finalement : “Est-ce que le but réél est de museler notre parole ? Est-ce que vous avez peur que le monde du spectacle pullule de textes anti-politiques ? Est-ce que vous avez peur des films ? Des chansons ?”

Jérémy Ferrari se fâche

Sa lettre se conclue ainsi, par ces mots : “Nous avons pris bonne note de cette triste nouvelle qu’est l’interdiction des rassemblements de plus de 5 000 personnes.”

“Mais nous vous demandons, pour la survie de notre secteur, la levée de la distanciation sociale dans les salles de spectacles, les cinémas… avec une jauge assise inférieure.” concluait-il.


Maurice Louis

Passionné par l'écriture et l'art, je suis de nature très curieuse, je m'intéresse à tous les sujets ! Je m'intéresse à la vie des célébrités en partageant les dernières nouveautés brûlantes.