Jane Birkin. le souvenir tragique qu’elle garde de Serge Gainsbourg

Jane Birkin évoque un souvenir tragique

Dans les colonnes du JDD, le dimanche 13 décembre, Jane Birkin a révélé la façon dont elle a écrit les paroles de son dernier album “Oh ! Pardon tu dormais”, composé par Étienne Daho. Elle est également revenue sur l’un de ses derniers souvenirs de Serge Gainsbourg. Le jour de sa mort le 2 mars 1991 !

Jane Birkin : son souvenir tragique de la mort de Serge Gainsbourg

Jane Birkin : Un quatorzième album disponible !

À 74 ans, Jane Birkin ne semble donc pas prête à abandonner sa carrière d’artiste. En effet, la chanteuse sort son quatorzième album studio, “Oh ! Pardon tu dormais”, dont les arrangements ont d’ailleurs été composés par Étienne Daho.

Jane Birkin: Un quatorzième album disponible !

Le deuxième album écrit par Jane Birkin

Ce n’est que le deuxième album pour lequel elle a ainsi écrit des paroles depuis “Enfants d’hiver”, publié en 2008.

Jane Birkin: Un quatorzième album disponible !

Un titre hommage

Ce nouvel opus a pour titre la pièce du même nom qu’elle a écrite et présentée sur scène en 1999. En outre, il est dédié à la mémoire de sa fille. Kate, qui est morte en 2013, de son union avec le compositeur anglais John Barry.

Confessions inédites

Confessions inédites

Entre des confessions inédites et des souvenirs d’une époque révolue, la chanteuse partage également un de ses ultimes souvenirs de Serge Gainsbourg. Le jour de sa mort, le 2 mars 1991 !

Jane Birkin fait rappelle à Serge Gainsbourg

Dernier au revoir

Dans un documentaire réalisé par sa fille Charlotte, Jane relate donc son retour au célèbre hôtel particulier de la rue de Verneuil. Jane Birkin a révélé la dernière image qu’elle a gardée de Serge Gainsbourg : « Mais une autre sensation recouvrait le tout, que je n’ai jamais pu oublier : je revois Serge mort dans son lit. Bambou (la dernière compagne du chanteur, ndlr) est là . Charlotte et Kate s’agrippent à lui. Et puis comment on a descendu son corps dans l’escalier. La « boîte » était dans son salon. J’ai couru chercher chez moi mon singe en peluche, Munkey, mon objet le plus précieux. Je l’ai déposé dans le cercueil à la façon d’un objet de réconfort. Comme pour accompagner le voyage d’un pharaon dans son autre vie. » Un véritable pharaon sous la direction duquel elle rédigera quelques-unes des plus splendides pages de la mélodie française…


Outziouar Abderrazak

Passionné par la téléréalité, je m’intéresse également à toutes les actualités et news people. J'aime aussi recueillir et écrire des informations sur les célébrités.