Fruits et légumes : Nos conseils pour bien les choisir !

Les couleurs des fruits et légumes attirent plus que leurs étiquettes. Toutefois, attention à leur origine et à leur mode de culture. Voici nos conseils pour bien les choisir !

Gare aux résidus toxiques sur les fruits et légumes

Gare aux résidus toxiques sur les fruits et légumes

Selon le dernier rapport de l’ONG Générations Futures… Les résidus toxiques restent sur la peau de 66,70% des fruits non bio et de 45% des légumes. En effet, ces derniers présentent des taux de contamination moins élevés, car ils poussent davantage dans le sol, et la terre les protège. Les légumes à feuilles absorbent le plus de résidus, alors que la peau du melon le préserve.

Notre pays consomme beaucoup de produits phytosanitaires en volume. Mais rapporté aux surfaces agricoles, ce sont les Pays-Bas, l’Espagne et l’Italie qui traitent le plus leurs cultures.

Préférer les fruits et légumes bio

Préférer les fruits et légumes bio

Fruits et légumes : Dans une récente étude, Générations Futures a constaté que les fraudes (DGCCRF) minimisaient la présence de résidus de pesticides dans l’agriculture conventionnelle en faisant une moyenne.

« Nous avons tout recalculé. Ces chiffres éclairent nettement sur la nécessité de privilégier le bio, un mode de production interdisant la chimie et limitant les entrants naturels. » Raconte François Veillerette, porte-parole de l’ONG. 

Fruits et légumes : Utiliser moins de plastique !

Fruits et légumes : Utiliser moins de plastique !

Entrée en vigueur le 1er janvier 2022, la loi anti-gaspillage interdit le plastique à usage unique pour l’emballage et l’étiquetage (adhésif) d’une trentaine de fruits et légumes.

En effet, avec l’objectif de les faire totalement disparaître d’ici 2026.. Des dérogations sont attribuées aux lots de plus de 1,5kg, et des prolongations sont autorisées pour les denrées dites fragiles. Notamment les fruits rouges, les pousses de salades, les herbes aromatiques, les abricots, les nectarines, les asperges, les tomates cerises... Une bonne raison de les acheter en vrac dans les épiceries bio, chez les producteurs ou encore dans les paniers des AMAP.

Fruits et légumes : Favoriser la biodiversité

Fruits et légumes : Favoriser la biodiversité

L’été est la période la plus propice pour changer nos habitudes alimentaires et consommer moins de protéines animales, et plus de fruits et légumes.

Faire confiance à l’agriculture biologique et en particulier à l’agroécologie. D’ailleurs, c’est une façon de mieux manger, mais surtout le meilleur moyen de soutenir des agriculteurs tout en protégeant l’environnement. Leurs modes de culture assurent une diversité vitale pour l’avenir de la planète. Grâce à eux, il est possible de voir revenir avec bonheur oiseaux et insectes lors des longues balades estivales.

Stop aux bâches

Stop aux bâches

Fruits et légumes : si l’interdiction des emballages plastique à usage unique est déjà une bonne chose… Selon Nathalie Gontard, elle reste insuffisante. La directrice de recherche en sciences de l’aliment et de l’emballage à l’Inrae, l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement assure.

« Tous les secteurs utilisent cette matière néfaste. Même les cultures écologiques » Et d’ajouter ainsi : « pour limiter la contamination avec des entrants échappés des surfaces conventionnelles avoisinantes, garder l’humidité des surfaces ou concentrer les effets du soleil, les agriculteurs posent sur les sols des bâches plastifiées. Rien d’étonnant à ce que 60% des placentas humains contiennent des microplastiques. »

Vive les circuits courts

Vive les circuits courts

Fruits et légumes fraîchement cueillis n’ont ni le même goût ni les mêmes propriétés que ceux issus de cultures conventionnelles. Produits près de chez soi.. Ces aliments n’ont quasi aucun impact carbone. Et surtout, ils n’arrivent pas à maturité dans des camions au terme de longs trajets. Aussi, ils évitent le gaspillage ! En effet, les producteurs veillent à la qualité de leurs produits et non à leurs calibrages formatés. Aussi, ces points de vente où l’agriculteur est aussi vendeur dépendent d’une réglementation stricte.