HomeDiversFrédéric Mitterrand positif au Covid-19: 'Je préfère mourir que d'être intubé'

Frédéric Mitterrand positif au Covid-19: ‘Je préfère mourir que d’être intubé’

Invité le mercredi 24 mars sur BFM TV, Frédéric Mitterrand a profité de son passage pour évoquer sa récente hospitalisation après son infection à la Covid-19. L’ex – ministre de la Culture a révélé ce qu’il avait demandé à son médecin lors de son séjour à l’hôpital.

Frédéric Mitterrand, testé positif à la Covid-19

Frédéric Mitterrand, testé positif à la Covid-19

La Covid-19 continue de contaminer. Frédéric Mitterrand âgé de 73 ans faisait une belle frayeur à son entourage, le 14 janvier 2021.  “Il avait contracté la Covid-1910 jours plus tôt . C’était à l’occasion d’un rassemblement familial restreint lors des fêtes de Noël. Son état de santé, bien que stable, reste sensible pour les jours à venir.”, avait donc annoncé sa famille dans un communiqué de presse diffusé par l’AFP. 

Frédéric Mitterrand va beaucoup mieux

Frédéric Mitterrand va beaucoup mieux

Alors que son état de santé était jugé rassurant au début de son séjour à l’hôpital.. Frédéric Mitterrand est tout de même resté 17 jours en observation. Invité sur BFMTV, mercredi 24 mars, le neveu de François Mitterrand a donc confié. “Toute la vie change et devient concentrée sur ce combat quand on se retrouve dans cette situation”.

"Je ne voulais pas me faire intuber"

“Je ne voulais pas me faire intuber”

Frédéric Mitterrand a en fait eu de la chance dans son malheur. Puisque son état de santé est resté stable jusqu’au bout. Mais l’ancien ministre de la Culture avait toutefois adressé une demande spéciale aux équipes médicales.  Une consigne à appliquer si les choses  venaient à s’aggraver :   “Je ne voulais pas me faire intuber”, a-t-il d’abord expliqué.  “J’ai dit au médecin ‘Je préfère mourir que d’être intubé’. Parce que je ne voulais pas partir dans le coma sans savoir si j’allais revenir. Je voulais être lucide jusqu’au bout”.

Frédéric Mitterrand soutient Roselyne Bachelot

Frédéric Mitterrand soutient Roselyne Bachelot

L’homme politique qui a donc occupé son poste de juin 2009 à mai 2012 a tenu en fait, prendre la défense de Roselyne Bachelot, vivement critiquée en cette période de pandémie. “Cette femme se donne un mal de chien pour essayer de défendre la Culture”, a-t-il assuré. “Ce matin par exemple, sur France Musique, un sénateur a tapé sur la politique de Roselyne Bachelot sans que personne en face n’indique qu’il disait des contre-vérités et des bêtises”, a-t-il ainsi ajouté.

"Des gens qui sont en première ligne"

“Des gens qui sont en première ligne”

De même, Frédéric Mitterrand a précisé qu’il y a en fait une sorte de facilité dans la France alimentée par une hargne pour attaquer “des gens qui sont en première ligne”. Un soutien de plus pour la ministre de la Culture actuellement placée sous haute surveillance.

Meriem Meskouk
Créatrice et curieuse, j'ai grandi en compagnie des livres, toujours à la recherche de nouvelles expériences à mener. Aussi, je suis passionnée par la cuisine et la photographie culinaire.
SUGGESTIONS