Frédéric Deban : Il revient le calvaire de son problème auditif..

Frédéric Deban : Il revient sur le calvaire de son problème auditif..

La vie de Frédéric Deban a pris un autre tournant depuis 2014. Désormais sorti d’affaire, le jeune homme raconte son combat et les moments difficiles qu’il a vécu.

Frédéric Deban : Il revient sur son problème auditif..

Frédéric Deban se confie sur son calvaire !

Frédéric Deban vivait une vie paisible jusqu’au jour de son cinquantième anniversaire. Le jeune homme confie au Figaro TV Magazine : « Je m’en suis mêlé et une bouteille de bière s’est éclatée sur mon front. Le lendemain, je me suis réveillé sourd avec un bruit dans ma tête que je n’arrivais absolument pas à identifier. Un son à la Dark Vador. »

Frédéric Deban se confie sur son calvaire !

Afin de connaître son problème d’audition, Frédéric Deban décide de rentrer en France pour subir une batterie d’examens. Ensuite, il avoue : « J’ai découvert le mot. Avant cela, je n’en avais jamais entendu parler. »

Frédéric Deban

Frédéric Deban : “j’avais des pensées suicidaires”

En revanche, Frédéric Deban a vite compris les difficultés de son problème auditif : « Les trois premières années, je n’ai pas beaucoup dormi. J’ai surtout essayé de ne pas sombrer dans la folie. En effet, j’avais des pensées suicidaires. Être sourd de naissance, c’est une chose, le devenir, quand on a connu les sons de la vie et qu’on est un fou de musique comme moi, c’en est alors une autre. » raconte-t-il.

« Cet handicap m'a tout volé »

« Cet handicap m’a tout volé »

Face à cette situation, Frédéric Deban a trouvé une solution pour combattre ce problème. « L’écriture a été mon exutoire. Le suicide n’est pas dans mon ADN. Si j’avais dû le faire, je l’aurais fait beaucoup plus tôt. En revanche, je préfère lutter et me bagarrer.” Les acouphènes vont provoquer beaucoup de dégâts comme il l’explique : “Cet handicap m’a tout volé: la vie sociale, la libido… » déclare-t-il.

Chirurgie d'audition

En effet, Frédéric Deban compte faire une opération pour retrouver une vie normale. C’est une chirurgie assez compliquée, qu’il a mis trois ans avant d’accepter puisqu’il y a un risque qu’il subisse une paralysie faciale.   « Au cours de l’opération de 3h30, le chirurgien passe à trois millimètres du nerf facial. Si tel avait été le résultat, les roues du bus auraient été pour moi », assure-t-il.


Imane Benlimam

Enthousiaste et passionnée, je suis une dilettante qui assouvit ses curiosités intellectuelles à travers son seul exutoire, l'écriture. Ainsi, c'est ma passion pour l'actualité et l'engouement de transmettre qui me donne ce plaisir-là que je vous invite à partager !