François Asselineau en garde à vue, accusé d’agression sexuelle !

François Asselineau en garde à vue accusé d’agression sexuelle !

Ce mercredi 3 février, François Asselineau, le chef de l’Union populaire républicaine, a été placé en garde à vue pour harcèlement sexuel, agression sexuelle et harcèlement moral. Lisez la suite pour plus de détails…

François Asselineau à l'affiche

François Asselineau est à la une !

François Asselineau, président du petit parti pro-Frexit UPR et candidat à la présidentielle 2017, se retrouve auditionné par la Brigade de la délinquance à la personne.

Ça continue pour François Asselineau

Ça se corse !

En fait, dans le cadre d’une enquête ouverte par le parquet de Paris, le 15 mai 2020, impliqué par d’anciens collaborateurs. Le candidat à l’élection présidentielle « doit désormais répondre d’accusations d’anciens collaborateurs. Ceux-ci le mettent en cause pour harcèlement sexuel, agression sexuelle et harcèlement moral », précise ainsi le journal hebdomadaire.

François Asselineau réagit

La réaction de François Asselineau en mai 2020

En mai dernier, François Asselineau était donc sorti du silence. Le sexagénaire avait fustigé : “un tissu de mensonges et de calomnies” et “des boules puantes”, probablement pilotées par “une officine”. Il avait également appelé ses adhérents “à ne pas se laisser intimider” en marge de la présidentielle de 2022.

"un tissu de mensonges et de calomnies"

Était-il au courant ?

En fait, plusieurs cadres de l’Union populaire déclaraient ce qui suit : “Des faits d’une exceptionnelle gravité ont été portés à la connaissance des membres du bureau national”. De même, les signataires de la lettre certifiaient à François Asselineau avoir la connaissance de “documents et de témoignages indiquant l’existence de relations particulières et plus qu’insistantes de sa part et ce, dans le cadre professionnel, qui a été source de graves souffrances psychologiques”.

François Asselineau a tout démenti

Accusations démenties…

Dans un communiqué, l’homme politique a ainsi affirmé que l’un des plaignants l’attaquait en justice par rancœur… Car son « CDD n’a pas été reconduit ». En fait, deux victimes, anciens salariés de l’UPR, ont déposé plainte contre François Asselineau. Affaire à suivre …


Meriem Meskouk

Créatrice et curieuse, j'ai grandi en compagnie des livres, toujours à la recherche de nouvelles expériences à mener. Aussi, je suis passionnée par la cuisine et la photographie culinaire.