Dormir 7 heures par nuit serait idéal pour la santé du cerveau, selon des chercheurs

Le sommeil joue un rôle important dans l’activation des fonctions cognitives et le maintien d’une bonne santé psychologique. Il aide également à garder le cerveau en bonne santé en éliminant les déchets.

En vieillissant, nous constatons souvent des altérations de nos habitudes de sommeil. Notamment des difficultés à nous endormir et à rester endormis. Ainsi qu’une diminution de la quantité et de la qualité du sommeil.

On pense que ces troubles du sommeil peuvent contribuer au déclin cognitif et aux troubles psychiatriques chez la population vieillissante.

sommeil santé

Test sur près de 500 000 adultes

Dans une recherche publiée aujourd’hui dans Nature Aging, des scientifiques du Royaume-Uni et de Chine ont examiné les données de près de 500 000 adultes âgés de 38 à 73 ans de la UK Biobank.

Les participants ont été interrogés sur leurs habitudes de sommeil. Ainsi que leur santé mentale et leur bien-être. Elles ont participé à une série de tests cognitifs. L’imagerie cérébrale et les données génétiques étaient disponibles pour près de 40 000 des participants à l’étude.

Dormir peu ou trop, performances cognitives altérées

En analysant ces données, l’équipe a découvert que les durées de sommeil insuffisantes et excessives étaient associées à des performances cognitives altérées. Telles que la vitesse de traitement, l’attention visuelle, la mémoire et les capacités de résolution de problèmes.

Sept heures de sommeil par nuit étaient la quantité optimale de sommeil pour les performances cognitives. Mais aussi pour une bonne santé mentale. Pour les personnes éprouvant des symptômes d’anxiété et de dépression. Mais un bien-être général agravé si elles déclaraient dormir pendant des durées plus longues ou plus courtes.

peu de sommeil maladie

Les perturbations du sommeil

Les chercheurs disent que l’une des raisons possibles de l’association entre un sommeil insuffisant et le déclin cognitif peut être due à la perturbation du sommeil à ondes lentes – « profond ».

Il a été démontré que la perturbation de ce type de sommeil est étroitement liée à la consolidation de la mémoire ainsi qu’à l’accumulation d’amyloïde. Une protéine clé qui, lorsqu’elle se replie mal, peut provoquer des enchevêtrements dans le cerveau. Caractéristiques de certaines formes de démence.

De plus, le manque de sommeil peut entraver la capacité du cerveau à se débarrasser des toxines.

L’équipe a également trouvé un lien entre la quantité de sommeil et les différences dans la structure des régions cérébrales impliquées dans le traitement cognitif et la mémoire. Encore une fois avec des changements plus importants associés à plus ou moins de sept heures de sommeil.

mémoire sommeil long terme

Obter pour un sommeil constant

Avoir un sommeil constant de sept heures chaque nuit, sans trop de fluctuations de durée, était également important pour les performances cognitives et la bonne santé mentale et le bien-être.

Des études antérieures ont également montré que les schémas de sommeil interrompus sont associés à une inflammation accrue. Indiquant une susceptibilité aux maladies liées à l’âge chez les personnes âgées.

Le professeur Jianfeng Feng de l’Université Fudan en Chine a déclaré : « Bien que nous ne puissions pas dire de manière concluante que trop peu ou trop de sommeil provoque des problèmes cognitifs. Notre analyse portant sur des individus sur une plus longue période semble étayer cette idée. »

« Mais les raisons pour lesquelles les personnes âgées dorment moins bien semblent être complexes, influencées par une combinaison de notre constitution génétique et de la structure de notre cerveau. »

déclin cognitif

Risque de déclin cognitif lié au vieillissement

Les chercheurs affirment que les résultats suggèrent que dormir insuffisament ou excessivement peut être un facteur de risque de déclin cognitif lié au vieillissement.

Ceci est soutenu par des études antérieures qui ont rapporté un lien entre la durée du sommeil et le risque de développer la maladie d’Alzheimer et la démence. Dans lesquelles le déclin cognitif est un symptôme caractéristique.

La professeure Barbara Sahakian du Département de psychiatrie de l’Université de Cambridge, l’un des auteurs de l’étude, a déclaré : « Obtenir une bonne nuit de sommeil est important à toutes les étapes de la vie, mais particulièrement à mesure que nous vieillissons. »

« Trouver des moyens d’améliorer le sommeil des personnes âgées pourrait être crucial pour les aider à maintenir une bonne santé mentale. De plus, pour éviter le déclin cognitif, en particulier pour les patients souffrant de troubles psychiatriques et de démences. »