Devenez riche : 17 principes pour se conditionner à attirer la richesse

Devenez riche : 17 principes pour se conditionner à attirer la richesse

Existe-t-il des différences de pensée entre les riches et les pauvres ? Pour Harv Eker, nos propres pensées peuvent nous empêcher à devenir riche.

Plus jeune, Eker était souvent fauché. Il a étudié les gens riches. Il s’est mis à les copier et il est devenu un homme d’affaires accompli.

Dans Les secrets d’un esprit millionnaire, Harv Eker partage ses découvertes pour se déconditionner de croyances dysfonctionnelles liées à l’argent et adopter un nouvel état d’esprit pour devenir riche.

Dans cet article, vous allez découvrir 17 principes qui ont aidé des personnes à devenir riches par leurs pensées, leurs actions et leur détermination.

La principale leçon est le désapprentissage. Votre situation actuelle est, en grande partie, un résultat de vos habitudes et de vos croyances.

N’y voyez pas un plan qui vous garantit la liberté financière, ça serait être malhonnête, mais lisez cet article avec curiosité pour trouver matière à inspiration et réflexion pour passer à un niveau de vie supérieur.

Votre plan d’action en matière d’argent

Vous pouvez avoir toutes les connaissances et les compétences du monde, mais si vous n’êtes pas prêt à accueillir la fortune dans votre vie, vous êtes financièrement condamné.

Voici quelques questions pour vous aider à savoir où vous êtes :

  • Qui êtes-vous ?
  • Qu’est-ce que vous en pensez ?
  • Quels sont vos habitudes et vos traits de caractère ?
  • À quel point avez-vous confiance en vous ?
  • Pensez-vous vraiment que vous méritez la richesse ?
  • Quelles sont vos capacités ?
  • Pouvez-vous jouer quand vous n’êtes pas d’humeur ?

Harv Eker dit clairement que nous vivons dans un monde de causalité et que c’est essentiellement ce que vous êtes (votre monde intérieur) qui détermine ce que vous obtenez (votre monde extérieur).

Une personne qui passe son temps à se plaindre et à fréquenter des personnes négatives risque de n’attirer que des relations malsaines.

En revanche, une personne proactive qui cherche des solutions et qui s’entoure de personnes positives et animées par les mêmes intérêts saura attirer des relations plus saines.

Si vous voulez changer votre monde extérieur, un manque d’argent dans ce cas, vous devez d’abord changer votre monde intérieur (croyances, pensées, habitudes, traits de caractère).

Déconditionner ses anciennes croyances liées à l’argent

Nous sommes tous conditionnés à agir d’une certaine manière.

Les principales sources de cette programmation sont principalement liées à nos parents, nos frères et sœurs, mais aussi nos amis, nos enseignants ou les médias, pour n’en nommer que quelques-uns.

Votre conditionnement passé détermine chaque pensée qui jaillit dans votre esprit. Si vous avez été mordu par chien, vous pourriez entretenir une phobie des chiens.

Si vous avez eu un parent surprotecteur, vous pourriez avoir tendance à rester dans votre zone de confort parce qu’il ne vous a pas encouragé à l’exploration et la prise de risques.

Notre esprit est aussi conditionné en termes d’argent. Et pour dépasser certaines croyances héritées de l’enfance, nous devons comprendre comment nous sommes conditionnés.

Pour Eker, nous sommes conditionnés de trois façons principales :

Programmation verbale

Quand vous étiez enfant, qu’avez entendu au sujet de l’argent, de la richesse et des gens riches ?

« Les riches sont cupides. »

« L’argent n’achète pas le bonheur. »

« L’argent, ça ne tombe pas du ciel. »

« Je ne fête pas mon anniversaire. C’est un jour comme un autre. »

« Non, je ne peux pas participer au voyage scolaire pour aller en Allemagne parce que ma mère n’a pas les moyens. »

« Non, je ne fête pas Noël. C’est une fête commerciale qui ne sert à rien. »

« Désolé les gars, je n’ai pas les moyens pour aller au cinéma avec vous. »

« Merci de m’avoir invité pour le resto, mais je suis gêné, car je me sens redevable. »

Voilà, le genre de phrases que j’ai entendues ou prononcées par manque d’argent. À votre avis, quel rapport peut entretenir une personne qui a été exposée très tôt aux difficultés financières ?

Le problème, c’est que tous ces énoncés… demeurent dans votre subconscient comme faisant partie du plan directeur qui régit votre vie financière.

Évidemment, de telles croyances ne contribuent pas à votre bien-être financier.

Modélisation

Qu’avez-vous vu quand vous étiez jeune ?

Comment vos parents ont-ils géré l’argent ?

L’argent venait-il facilement dans votre famille ou était-ce toujours une lutte ?

L’argent était-il une source de joie dans votre foyer ou la cause de disputes amères ?

Toutes ces choses ont beaucoup d’importance, parce qu’en tant qu’enfants, nous apprenons à peu près tout par imitation.

Il est important de reconnaître que votre façon d’être est liée à l’un de vos parents ou aux deux dans le domaine de l’argent.

Dans mon cas, l’argent manquait toujours. Ma mère n’a jamais su gérer l’argent et elle finissait rapidement à découvert. L’argent a toujours été une source de frustration et d’impuissance.

Point positif, cela m’a conduit à être économe et à faire attention à mes dépenses.

Point négatif, je voyais l’argent comme une source de corruption et de malheur. Les gens qui gagnent beaucoup d’argent étaient pour moi des personnes malhonnêtes et vicieuses.

Incidents spécifiques

Qu’avez-vous vécu quand vous étiez jeune autour de l’argent, de la richesse et des gens riches ?

Peut-être qu’une énorme dispute que vos parents ont eue et qui a apparemment mené au divorce ?

Peut-être entendez-vous encore votre père envier ou insulter un voisin riche ?

De telles expériences façonnent vos croyances actuelles.

Ma mère me disait très souvent « gagne ta vie ». J’avais horreur de cette phrase, car, pour moi, elle signifiait que toute personne commençait perdante et elle agrandissait toujours plus le sentiment d’injustice.

J’ai toujours envié les gens riches parce qu’ils n’avaient pas eu les contraintes que j’ai vécues par pauvreté (sans l’avoir demandé). Je pouvais même aller jusqu’à ressentir de la haine lorsque les personnes exposaient trop des signes de richesse, car cela éveillait en moi de profonds sentiments d’insécurité.

Avec le temps, j’ai dépassé ces conditionnements appris pour arrêter de me plaindre et me concentrer sur ce que je peux faire pour changer la situation.

Voilà les trois principaux facteurs qui nous ont conditionnés en termes d’argent.

Si vous pensez négativement à propos des gens riches, comment allez-vous devenir riche ? Si l’argent a toujours été une lutte, il y a de fortes chances que ça le soit toujours. C’est dans votre subconscient.

Lorsque le subconscient doit choisir entre des émotions profondément enracinées et la logique, les émotions l’emporteront presque toujours.

Si vous voulez penser comme des gens riches, vous devez changer cette programmation.

Alors, comment pouvez-vous changer ça ?

Vous devez en prendre conscience.

La prise de conscience est la première étape du changement. C’est là où vous en êtes en ce moment. Vous avez réfléchi à la façon dont vous avez grandi avec l’argent et vous avez pris conscience du fait que vous avez été conditionné d’une certaine façon.

Maintenant, vous devez comprendre quels effets ce conditionnement a eus et a encore sur votre vie financière.

En comprenant ce que votre esprit conditionné vous fait reproduire face aux mêmes situations, vous pouvez devenir capable et disposé à changer. Voyez-vous que vos croyances à propos de l’argent ont été apprises ?

Vous avez le choix dans le moment présent d’être différent.

C’est la troisième étape du changement : la dissociation. La façon dont vous avez été conditionné n’est pas ce que vous devez être et ce que vous devez penser. Il est impératif que vous choisissiez vos pensées et vos croyances avec sagesse.

Être conscient et vivre consciemment est probablement l’ingrédient le plus important pour un changement substantiel.

Principe n° 1 : Les gens riches croient « je crée ma vie. » Les pauvres croient que « La vie m’arrive à moi. ».

Si vous voulez créer de la richesse, il est impératif que vous croyiez que vous êtes responsable de votre vie, surtout de votre vie financière.

Au lieu d’assumer la responsabilité de ce qui se passe dans leur vie, les pauvres choisissent de jouer le rôle de la victime. Ils blâment souvent les autres. Ils disent que ce n’est jamais de leur faute, c’est toujours la faute des autres.

Si vous avez l’impression que « vous ne pouvez rien y faire », alors comment allez-vous changer ? Vous devez réaliser que vous êtes l’acteur de votre vie.

Les pauvres aussi se plaignent souvent. Quand vous vous plaignez, vous gaspillez une énergie précieuse à ne pas changer la situation et vous ne pouvez qu’attirer des ennuis, car c’est une attitude contre-productive.

Les pauvres justifient aussi leur situation. Ils disent des choses comme « L’argent n’est pas si important que ça. ».

Si vous ne pensez pas que l’argent est important, vous n’en aurez tout simplement pas. Alors, évitez le rôle de la victime et prenez vos responsabilités en main.

Principe n° 2 : Les gens riches jouent le jeu de l’argent pour gagner. Les pauvres jouent le jeu de l’argent pour ne pas perdre.

La principale préoccupation des pauvres est la survie et la sécurité au lieu de créer de la richesse et de l’abondance.

Le but des gens vraiment riches est d’avoir une richesse et une abondance massives. Pas seulement de l’argent, mais beaucoup d’argent.

Si votre objectif est d’avoir juste assez d’argent pour payer les factures, combien d’argent pensez-vous obtenir ?

Eh bien… juste assez pour payer les factures.

Vous obtenez ce que vous avez vraiment l’intention d’obtenir.

Et c’est ce à quoi tant de gens aspirent : « Je veux juste assez pour payer les factures. », « Je veux juste vivre une vie modérée et partir en vacances une fois par an. », « Je veux juste un revenu stable pour être tranquille. »

Si c’est ce que vous voulez, c’est ce que vous aurez.

Vous en avez peut-être assez pour payer les factures, mais devinez quoi ? Vous n’aurez pas un centime de plus.

Eker nous conseille de devenir millionnaire et plus.

Si vous visez les étoiles, vous atteindrez au moins la lune.

L’entrepreneur Gary Vaynerchuk a toujours dit que son objectif ultime était de s’offrir les New York Jets, son équipe de basket favorite. Il est tellement ambitieux, persévérant, déterminé et intrépide que cela va se produire.

Combien ça coûte ?

Plus d’un milliard d’euros.

Vaynerchuk est bien parti pour réussir son objectif, car sa fortune personnelle est estimée à plus de 160 millions d’euros. Il va diversifier ses investissements et ses affaires pour accroître sa richesse. Et il n’a que 44 ans.

Si vous voulez devenir riche, votre objectif est de vous engager à être riche. Ne cherchez pas à avoir assez pour payer les factures ou juste assez pour être à l’aise. Riche veut dire riche, c’est-à-dire posséder quelque chose en abondance.

Principe n° 3 : Les gens riches s’engagent à être riches. Les pauvres veulent être riches.

Notre monde et notre société offrent d’innombrables choix. C’est donc un problème courant que nous ne savons pas vraiment ce que nous voulons.

Si nous ne savons pas ce que nous voulons dans la vie, comment allons-nous l’obtenir ?

Si je vous demandais : « Est-ce que vous voulez être riche ? »

Vous me direz : « Bien sûr, je veux être riche. »

La vérité, cependant, est que la plupart des gens ne veulent pas vraiment être riches.

Pourquoi ?

Parce qu’ils ont beaucoup de croyances dysfonctionnelles dans leur subconscient qui leur disent qu’il y a quelque chose de mal à être riche. C’est ainsi que la plupart d’entre nous ont été conditionnés.

Comment pouvons-nous alors développer des messages plus positifs clairs sur la richesse ?

L’auteur affirme qu’il y a trois niveaux de lecture :

1. Je veux être riche.
Cela ne vous mènera nulle part comme des milliards de gens veulent (ou du moins prétendent qu’ils veulent) être riches, mais relativement peu le sont.

2. Je choisis d’être riche.
Choisir est beaucoup plus fort que vouloir parce que vous prenez la responsabilité de créer votre propre réalité.

3. Je m’engage à être riche.
C’est la plus haute forme de désir. Vous vous dévouez sans réserve. Vous donnez 100 % pour atteindre la richesse. Il n’y a pas d’excuses, l’échec n’est pas une option. Je serai riche ou je mourrai en essayant. C’est l’engagement et c’est nécessaire pour un vrai succès !

S’engager pleinement à être riche, c’est donc une vie où certains sacrifices sont inévitables pour mener à bien vos objectifs.

Vous choisissez la richesse plutôt que de boire une bière avec des amis. Choisissez la richesse plutôt que d’aller au cinéma. Vous choisissez la richesse plutôt qu’un jour de congé.

Bien sûr, vous devez trouver l’équilibre selon vos aspirations. Mais le plus important, c’est qu’il faut avoir envie d’être assez riche pour s’engager à l’être. Sinon, vous ne deviendrez pas riche.

Principe n° 4 : Les gens riches voient grand. Les pauvres pensent petit.

Il y a une loi implacable pour générer du revenu, vous serez rémunéré en proportion directe de la valeur que vous livrez en fonction du marché.

Le mot clé est valeur. Il est important de savoir que quatre facteurs déterminent votre valeur sur le marché : l’offre, la demande, la qualité et la quantité.

C’est tout à fait logique. Si vous offrez une valeur plus élevée, vous êtes mieux payé que quelqu’un qui offre une valeur plus faible.

Qui devrait être mieux payé, un bon avocat ou un mauvais avocat ? Un bon ou un mauvais footballeur ? Une bonne actrice ou une mauvaise actrice ?

La principale difficulté qu’ont les gens à offrir plus de valeur est la quantité. Le facteur quantité signifie simplement, quelle part de votre valeur livrez-vous réellement sur le marché ?

La plupart des gens jouent petits parce qu’ils ont peur de l’échec et ils se sentent petits et indignes.

Pourtant, et c’est ce qui manque à la plupart des gens, la vie n’est pas seulement à propos de notre petite personne, la vie c’est aussi contribuer aux autres. Il s’agit d’ajouter votre pièce du puzzle au monde. Elle doit inclure une valeur ajoutée dans la vie des autres.

Plus vous aidez de personnes, plus vous devenez « riche » mentalement, émotionnellement, et définitivement financièrement.

Il est temps d’arrêter de se cacher et de commencer à sortir. La plupart des gens pensent petit, mais cela les conduit à la faillite et à l’insatisfaction parce qu’ils feront relativement peu de choses.

Par contre, si vous voyez grand, vous pouvez faire beaucoup plus ! Vous pouvez aider des milliers et des milliers de personnes. Tel sera l’objectif.

Pensez grand à contribuer à la vie de beaucoup d’autres et vous gagnerez beaucoup !

Oubliez les centimes, attaquez-vous aux gros billets.

Principe n° 5 : Les gens riches se concentrent sur les opportunités. Les pauvres se concentrent sur les obstacles.

L’état d’esprit des pauvres est « Et si ça ne marche pas ? » ou, plus souvent, « Ça ne marchera pas. »

Les gens riches assument la responsabilité des résultats de leur vie et agissent selon l’état d’esprit « Ça va marcher parce que je vais le faire marcher. » Les gens riches s’attendent à réussir.

Ce sont des mentalités complètement opposées.

Les pauvres voient les problèmes tandis que les riches voient les opportunités.

Les pauvres se concentrent sur les risques tandis que les riches se concentrent sur les récompenses.

Sans risques, pas de (grandes) récompenses.

Eker affirme que dès qu’une occasion se présente, les gens riches rassemblent le plus de connaissances possible le plus rapidement possible pour prendre leur décision. Ils sont d’accord ou pas.

Les pauvres prétendent se préparer, mais ce qu’ils font habituellement, c’est gagner du temps. Ils ont peur et attendent que l’occasion se présente en cours de route.

L’idée est d’entrer dans le jeu avec tout ce que vous avez, d’où que vous soyez. Le fait est qu’aucune chance, ou quoi que ce soit d’autre de valable, ne se présentera à vous si vous n’agissez pas.

Si vous voulez penser comme des gens riches, rappelez-vous de cette devise : l’action bat toujours l’inaction. Et ne soyez pas la pauvre personne qui prépare, planifie, analyse et attend encore…

Si vous êtes toujours « en train de vous préparer », c’est comme si vous attendiez que quelqu’un d’autre prenne le risque.

N’attendez pas pour voir, mais agissez pour voir. Vous pouvez toujours corriger en cours de route, cela n’a pas besoin d’être parfait dès le premier jour.

Si vous êtes un homme, vous avez probablement été dans une telle situation : vous sortez avec vos amis et il y a une fille qui vous plait dans le même bar.

Vous attendez et vous vous demandez ce que vous allez lui dire, vous vous préparez (mais vous gagnez du temps parce que vous avez peur d’être rejeté ou autre chose).

Soudain, il y a un autre type avec elle.

Félicitations ! Vous venez de rater cette foutue occasion !

Ce type n’est pas meilleur que vous, il a juste agi.

C’est la différence ! Vous avez attendu l’occasion.

Alors, à partir de maintenant, agissez quand l’occasion se présente. Bien souvent, c’est une opportunité et non un risque ou un obstacle !

Principe n° 6 : Les gens riches admirent d’autres gens riches et prospères. Les pauvres en veulent aux riches et aux gens qui réussissent.

Les pauvres regardent souvent le succès des autres avec ressentiment, jalousie et envie.

Vous devez réaliser que si vous considérez les gens riches comme mauvais d’une façon ou d’une autre, et que vous voulez être une bonne personne, alors vous ne pourrez jamais être riche.

Comment pouvez-vous être quelque chose que vous méprisez ?

Pourquoi les gens en ont-ils après les riches ?

Pourquoi les gens pensent-ils que les pauvres sont en quelque sorte meilleurs que les riches ?

Bien sûr, il y a des gens riches qui n’agissent pas correctement sur le plan de l’éthique et de la morale. Mais il en va de même pour certains pauvres.

Il y a sans doute toujours des exceptions à toute règle, mais pour la plupart, qui faut-il être pour réussir quoi que ce soit ?

Essayez quelques-unes des caractéristiques suivantes : positif, fiable, concentré, déterminé, persévérant, travailleur, énergique, bon avec les gens, un communicateur compétent, intelligent et un expert dans au moins un domaine.

Normalement, si vous cultivez ce genre de qualités sur le long terme vous vous placerez dans des conditions objectives de réussite.

Principe n° 7 : Les gens riches s’associent à des gens positifs et prospères. Les pauvres s’associent à des personnes négatives ou qui n’ont pas réussi.

« Vous êtes la moyenne des cinq personnes avec qui vous passez le plus de temps. » — Jim Rohn

La façon la plus rapide et la plus facile de créer de la richesse est d’apprendre exactement comment les gens riches le sont devenus.

La façon la plus facile de les étudier est d’être près d’eux. Associez-vous à des personnes qui ont réalisé ce que vous voulez réaliser.

Soyez conscient que l’énergie est contagieuse. Si les gens avec qui vous traînez sont positifs, il y a de fortes chances que vous le soyez aussi. S’ils se plaignent, il y a de fortes chances que vous vous plaignez aussi.

Et si vos amis les plus proches ne sont pas riches, ne sont pas positifs et ne sont pas intéressés par le développement personnel ?

Ne vous donnez pas la peine d’essayer d’amener les gens négatifs à changer. Ce n’est pas votre travail et cela conduit bien souvent à de terribles désillusions.

Votre travail est simplement d’être le meilleur que vous pouvez être.

Si vous n’avez pas d’amis riches, allez là où sont les riches et étudiez-les. Lisez un livre sur la richesse ou regardez une vidéo d’un millionnaire.

Vous pouvez également adhérer à un club de lecture, un club de tennis, un club de golf, allez prendre un café dans l’hôtel le plus chic où vous vivez.

Principe n° 8 : Les gens riches sont prêts à se promouvoir eux-mêmes et à promouvoir leur valeur. Les pauvres pensent négativement à la vente et à la promotion.

Si vous croyez que ce que vous avez à offrir peut vraiment aider les gens, il est de votre devoir de le faire savoir au plus grand nombre. De cette façon, non seulement vous aidez les gens, mais vous devenez riche !

Comment pouvez-vous devenir riche si vous ne dites pas aux gens ce que vous avez à offrir ? Et comment vont-ils vous connaître ? Comment allez-vous vendre votre produit si personne n’est au courant ?

Personne n’achète un produit qu’il ne connaît même pas. Et si vous ne vendez pas, vous ne gagnez rien.

Pour Eker, si les pauvres ont un problème de promotion et/ou de vente, c’est pour plusieurs raisons :

Ils ont eu une mauvaise expérience dans le passé avec des gens qui leur ont fait de la promotion, mais ils restent sur cette expérience négative qui ne fait que les retenir dans toute initiative personnelle.

Ils ont vécu une expérience de difficile lorsqu’ils ont essayé de vendre quelque chose et ils ont peut-être été totalement rejetés. Craignent toujours l’échec. Doivent laisser le passé être le passé.

Ils ont probablement été conditionnés par le fait qu’ils ont peut-être entendu dire qu’il est mal vu de « vendre ». Dans le monde réel cependant, si vous ne vous vendez pas, personne ne le fera à votre place.

Si vous voulez devenir riche, vous devez promouvoir votre valeur avec passion et enthousiasme.

Si vous en êtes incapable, alors cela signifie probablement que ce que vous avez à offrir n’a pas beaucoup de valeur. Il est indispensable que ce que vous offrez ait de la valeur et aide vraiment les gens. Pourtant, la plus grande valeur est inutile si vous n’en faites pas la promotion.

Qui devrait être enthousiaste à propos de votre produit si ce n’est vous ?

Sortez et faites la promotion de ce que vous avez à offrir avec passion et enthousiasme.

Si vous ne pouvez pas votre promouvoir offre, vous ne rendez pas service aux personnes qui ont besoin de votre solution.

Principe n° 10 : Les gens riches sont d’excellents récepteurs. Les pauvres sont de pauvres receveurs.

Un mauvais récepteur est une personne qui a des difficultés à recevoir des louanges, de l’affection, de l’argent, des cadeaux entre autres choses.

Pourquoi sommes-nous de pauvres receveurs ? Eker affirme que nous sommes conditionnés de cette façon.

Beaucoup ont grandi et ont entendu des choses comme « C’est mal », « Tu ne fais pas les choses bien “ « Qu’est-ce que tu as fait ? ». Toutes ces phrases renforcent le sentiment de ne pas être à la hauteur. Et ce manque de confiance en soi est l’une des raisons pour lesquelles nous sommes de mauvais receveurs.

Pour Eker, si la plupart des gens ont du mal à recevoir, c’est parce qu’ils ont adhéré à l’adage « Il vaut mieux donner que recevoir ».

Pourtant, donner et recevoir sont les deux faces d’une même médaille. Pour chaque donateur, il doit y avoir une personne qui reçoit.

Donner et recevoir sont tout aussi importants. Si vous n’êtes pas disposé à recevoir, alors vous « arnaquez » ceux qui veulent vous donner.

Et c’est la principale différence entre les riches et les pauvres : les gens riches sont prêts à recevoir alors que la plupart des pauvres ne le sont pas.

Vous devez donc être totalement ouvert et disposé à recevoir. Acceptez ce que l’on vous donne. Lorsqu’un ami vous invite à déjeuner, ne soyez pas gênés, mais reconnaissants. La prochaine fois, vous aurez plaisir à l’inviter.

Principe n° 11 : Les gens riches choisissent d’être payés en fonction des résultats. Les pauvres choisissent d’être payés en fonction du temps.

« Les trois dépendances les plus nocives sont l’héroïne, les glucides et un salaire mensuel. » — Nassim Nicholas Taleb

Il n’y a rien de mal à recevoir un salaire régulier, à moins que cela n’entrave votre capacité à gagner ce que vous valez. C’est là que le bât blesse. C’est souvent le cas.

N’ayez jamais un plafond de revenu. Si vous choisissez d’être payé pour votre temps, vous étouffez vos chances pour la richesse.

Un salaire stable est sans danger. Un salaire régulier est aussi un plafond sur vos revenus. Si vous voulez devenir riche, travaillez pour vous-même ou au moins travaillez à la commission ou au pourcentage. C’est la seule façon d’être payé en fonction des résultats.

Peut-être qu’il semble moins sûr, mais c’est certainement la façon dont vous pouvez gagner plus d’argent.

Et c’est le seul moyen de devenir riche. C’est comme ça qu’on peut gagner ce qu’on vaut. Et vivre dans la sécurité, c’est vivre dans la peur.

Ce que vous dites en fait, c’est « J’ai peur de ne pas pouvoir gagner assez en fonction de ma performance, alors je vais me contenter de gagner juste assez pour survivre ou pour être à l’aise ».

Rappelez-vous qui devrait être mieux payé, un bon ou un mauvais avocat ? Plus vous apportez de la valeur, plus vous devriez être payé.

Dans un travail salarié, cependant, tout le monde est payé de la même façon. Tout le monde est payé en fonction du temps qu’il travaille, et ce, peu importe le résultat que vous produisez (exceptions pour les vendeurs qui touchent une commission).

Si vous voulez devenir riche, il va falloir travailler pour soi-même.

Principe n° 12 : Les gens riches vivent dans un monde d’abondance. Les pauvres vivent dans un monde de limites.

Beaucoup croient que l’argent et le bonheur s’excluent mutuellement, que soit vous pouvez être riche, soit vous pouvez être heureux. Encore une fois, ce n’est rien de plus qu’une « mauvaise » programmation.

Les pauvres ont le sentiment qu’il n’y en a pas assez et qu’on ne peut pas tout avoir. Les gens riches pensent qu’il y en a pour tout le monde et que vous pouvez avoir tout ce que vous voulez vraiment.

Les pauvres croient en la rareté.

Les gens riches croient en l’abondance.

La différence ne pourrait pas être plus grande. Les pauvres croient qu’ils doivent choisir entre l’argent et les autres aspects de la vie.

Faut-il choisir entre l’argent et le bonheur ? Non ! Bien sûr que non ! L’argent est important et le bonheur est important. Vous pouvez avoir les deux !

L’argent vous permet d’avoir un confort mental au lieu de perdre un temps fou dans des activités à faible valeur ajoutée. L’argent apporte la liberté.

Principe n° 13 : Les gens riches se concentrent sur leur valeur nette. Les pauvres se concentrent sur leur revenu de travail.

La véritable mesure de la richesse est la valeur nette, et non le revenu de travail. Il l’a toujours été et le sera toujours. La valeur nette est la valeur financière de tout ce que vous possédez.

Cela peut sembler un peu aisé ou seulement pour les riches. MAIS c’est valide. Vous comprendrez ce que je veux dire dans une minute…

L’auteur explique qu’il existe quatre facteurs de valeur nette :

1. Revenus 2. Économies 3. Investissements 4. Simplification

Examinons-les séparément.

Le revenu se présente sous deux formes : le revenu de travail et le revenu passif. Vous connaissez tous les revenus du travail : vous allez travailler et vous gagnez de l’argent pour votre travail (ou du temps, comme nous l’avons mentionné précédemment).

Vous avez probablement aussi entendu parler du revenu passif. C’est de l’argent que vous gagnez sans travailler activement. Nous en discuterons plus en détail dans le principe n° 15.

Le travail et le revenu passif constituent ensemble votre revenu (pour la plupart des gens, il s’agit simplement d’un revenu de travail).

L’épargne est également un impératif. Vous pouvez gagner des sommes d’argent énormes, mais si vous dépensez tout, vous n’avez pas d’économies.

Les dépenses augmenteront toujours en proportion directe des revenus.

C’est pourquoi le revenu seul ne créera jamais de richesse.

C’est tout à fait logique. Nous devons faire des économies. Parce que, grâce à l’épargne, nous pouvons faire des investissements, une autre pièce du puzzle de la valeur nette.

Les gens riches ont besoin de temps et d’énergie pour apprendre à investir et à investir. Les pauvres pensent qu’investir n’est qu’une affaire de riches, alors ils n’en savent rien et restent fauchés.

Le quatrième facteur d’avoir net est la simplification. Il s’agit d’économiser de l’argent en adoptant un mode de vie « moins cher ». En diminuant le coût de la vie, vous augmentez votre épargne et le montant des fonds disponibles pour investir.

Voilà, les quatre facteurs de la valeur nette : Revenu, épargne, placements et simplification.

Les gens riches comprennent que l’établissement d’une valeur nette élevée est une équation qui contient les quatre éléments.

Nous pouvons augmenter nos revenus, économiser plus d’argent, nous renseigner sur les placements et investir aussi notre argent. Nous pouvons dépenser moins d’argent pour notre style de vie (voiture, maison, restaurants, fête, etc.).

Pour accroître votre patrimoine, vous devez soit gagner plus ou vivre avec moins.

Principe n° 14 : Les gens riches gèrent bien leur argent. Les pauvres gèrent mal leur argent.

Les gens riches ne sont pas plus intelligents que les pauvres ; ils ont simplement des habitudes financières différentes et plus favorables.

Ainsi, les riches gèrent mieux leur argent que les pauvres.

Cela vaut également pour la façon dont nous gérons notre argent. Même si nous n’avons que peu de choses. Si nous ne pouvons même pas gérer un peu d’argent, pourquoi en aurions-nous plus ?

Comment pouvez-vous gérer votre argent ? Eker nous conseille d’ouvrir votre compte Liberté Financière et de verser 10 % de chaque euro que vous recevez dans ce fonds.

Cet argent n’est jamais dépensé — seulement investi ! Cela fonctionne vraiment. Donc, vérifiez votre dernier revenu et placez 10 % dans le nouveau compte Liberté Financière. C’est un début. Continuez à le faire et à un moment donné, vous serez en mesure de l’investir.

Si vous ne pouvez pas vous permettre de placer 10 % pour le moment, n’importe quel montant fera l’affaire : 5 % de votre revenu, 100 euros, 20 euros, ou même un euro pour commencer !

L’idée principale est de commencer à gérer votre argent en conscience.

Principe n° 15 : Les gens riches ont leur argent qui travaille dur pour eux. Les pauvres travaillent dur pour leur argent.

Plus votre argent travaille pour vous, moins vous aurez à travailler. L’idée qu’il faut travailler dur pour devenir riche est fausse !

Votre argent travaille pour VOUS !

C’est ce que les riches ont compris. Ils travaillent dur comme tout le monde, mais seulement temporairement. Ils pensent à long terme et ont une gestion intelligente de leur argent qu’ils gardent pour l’investir plus tard.

Pourquoi font-ils cela ? Parce qu’ils veulent être financièrement libres.

La liberté financière, c’est la capacité de vivre le style de vie que vous désirez sans avoir à travailler ou à dépendre de quelqu’un d’autre pour l’argent.

Comment est-ce possible ?

Vous avez besoin d’un revenu passif. Vous devenez financièrement libre lorsque vos revenus passifs dépassent vos dépenses.

Il existe deux sources principales de revenus passifs. Le premier est « l’argent qui travaille pour vous ». Cela comprend les revenus de placement provenant d’instruments financiers tels que des actions, des obligations ou d’autres actifs dont la valeur s’apprécie et qui peuvent être liquidés contre espèces.

L’actif est le genre d’investissements dans des choses qui gagnent de la valeur avec le temps. Comme l’achat d’un terrain et sa vente ultérieure (lorsqu’il aura pris de la valeur).

La deuxième grande source de revenus passifs est « les affaires qui travaillent pour vous ». Il s’agit de générer un revenu continu à partir d’entreprises où vous n’avez pas besoin d’être personnellement impliqué pour que l’entreprise fonctionne et génère un revenu. Un exemple de cela serait l’achat d’un bien immobilier et sa location.

Encore une fois, l’idée de revenu passif est de générer un revenu sans avoir à travailler. Oui, c’est possible !

Les gens riches pensent à long terme. Ils équilibrent leurs dépenses pour le plaisir d’aujourd’hui et leurs investissements pour la liberté de demain.

Les pauvres pensent à court terme. Ils mènent leur vie sur la base d’une gratification immédiate.

Vous avez le pouvoir de faire des choix.

C’est une question de priorités.

Alors, faites les bons choix et économisez de l’argent aujourd’hui pour pouvoir investir demain et être financièrement libre après-demain.

C’est comme ça que les riches… sont devenus riches !

Principe n° 16 : Les gens riches agissent malgré la peur. Les pauvres laissent la peur les arrêter.

« Si l’on veut obtenir quelque chose que l’on n’a jamais eu, il faut tenter quelque chose que l’on n’a jamais fait. » — Périclès

L’action peut être difficile, vous avez peut-être peur, vous ne vous sentez pas assez talentueux, vous vous sentez mal à l’aise ou peut-être êtes-vous simplement paresseux.

Mais que faire si parfois nous avons besoin d’avoir peur, d’être mal à l’aise et de faire un effort ? C’est du moins ce que font les riches. Ils agissent malgré la peur, l’inconfort. Ils agissent s’ils ne sont pas d’humeur.

Si nous sommes prêts à agir dans des circonstances apparemment difficiles, nous sommes sur la voie pour réussir. La vie sera plus facile. Si nous n’agissons pas, nous stagnons… ou nous reculons.

Dès que vous vous sentez à l’aise, vous cessez de grandir.

Le seul moment où vous pouvez réellement grandir, c’est lorsque vous êtes à l’extérieur de votre zone de confort.

À quand remonte la dernière fois où vous avez quelque chose pour la première fois ?

Quand avez-vous quitté votre zone de confort pour la dernière fois ?

Pouvez-vous penser à un moment où vous étiez hors de votre zone de confort ?

Je suis sûr que c’était inconfortable pour le moment, mais vous vous êtes rapidement adapté et senti bien après. Eh bien, c’est ça la croissance ! Et c’est ce que nous devrions faire tous les jours.

Quand il y a une pensée de peur, laissez tomber. Quand il y a une pensée qui donne du pouvoir, déroulez-lui le tapis rouge pour l’accueillir.

Choisissez de n’entretenir que des pensées puissantes tout en refusant de vous concentrer sur celles qui vous dépossèdent de votre pouvoir.

Principe n° 17 : Les gens riches apprennent et grandissent constamment. Les pauvres pensent qu’ils le savent déjà.

« L’apprentissage est un trésor qui suivra son propriétaire partout. »
Proverbe chinois

Devenir riche n’est pas tant une question d’argent que de devenir riche, mais plutôt de savoir qui vous devez devenir, dans votre caractère et dans votre esprit, pour devenir riche.

Si vous vous développez pour devenir une personne accomplie, dans la force de caractère et l’esprit, vous aurez naturellement du succès dans tout ce que vous faites.

Le développement personnel est une amélioration continue de soi. Nous devons essayer chaque jour de devenir la meilleure version de nous-mêmes.

Si nous voulons réussir, nous devons copier les personnes qui ont réussi. Et si nous voulons être un excellent vendeur, nous devons copier les bons vendeurs. Si nous voulons être riches, nous devons copier les gens riches.

Plus on apprend, plus on est gagnant.

Martin Lavoie

Passionné par l'écriture, je me suis tourné vers le métier de rédacteur web en 2016 après plusieurs années d'expérience pour plusieurs blogs. Les médias, la télévision, la technologie et le cinéma n'ont aucun secret pour moi et j'aime faire partager mes passions aux lecteurs.