Couple : Comment gérer une rupture amoureuse après 50 ans ?

Après une longue relation de couple, il est difficile de se retrouver seule. Et on a l’impression que l’âge condamne encore davantage au désarroi. Est-ce bien le cas ? Comment gérer une rupture amoureuse après 50 ans ?

Une situation difficile… à ne pas aggraver

Une situation difficile… à ne pas aggraver

Mais ce n’est pas parce qu’on a partagé une longue relation que l’amour disparaît. Avec la rupture du couple, « il y a une blessure, un traumatisme ». Souligne Patricia Delahaie, auteure française spécialisée dans les relations. « L’idéal serait de se cantonner à cette blessure, de ne pas ajouter du malheur au malheur. »

Désormais, il faut éviter de penser de soi des choses qui nous font du mal (« Je suis incapable de garder un homme, je suis nulle… »). « Et quand la rupture arrive tard, on risque d’ajouter du pessimisme et de s’estimer « trop vieille, trop moche » pour retrouver quelqu’un », regrette ainsi la spécialiste. « Mais une rupture, c’est déjà suffisamment triste en soi sans y ajouter de la dévalorisation ! »

Relation de couple : accepter ce qui nous traverse !

Relation de couple : accepter ce qui nous traverse !

« Parfois, garder une bonne image de soi passe par avoir une mauvaise image de l’autre », prévient Patricia Delahaie. « Acceptons cette colère, ressentons-la, exprimons-la ainsi que tout ce qui nous traverse dans ce moment de déséquilibre, de bouleversement, de désordre. » Ajoute-t-elle aussi.

Prenons donc le temps de la peine, acceptons d’être en détresse. Mais ne nous y installons pas. « Nous pouvons avoir des raisons d’être en colère. Mais passé un certain point, c’est à nous que notre ressentiment fait du mal », ajoute la coach de couple.

Relation de couple : accepter de l’aide !

Relation de couple : accepter de l’aide !

Car le renouveau ne vient pas toujours de soi. On peut donc le trouver chez les autres. Famille, amis de longue date, nouvelles connaissances… Nos proches peuvent aussi nous aider à passer ce cap.

Cependant, attention à ne pas inclure les enfants ! « Quel que soit leur âge, ils ont besoin qu’on soit leur parent, ils ont leur vie à construire et ce n’est pas leur place d’être nos confidents ou d’entendre le mal que nous pensons de l’autre parent », avertit la coach de couple.

De la solitude vers l’indépendance

De la solitude vers l’indépendance

Dans une rupture, on perd aussi un mode de vie. En fait, le couple qui faisait notre identité, notre bonheur, n’existe plus. On doit donc passer par un certain nombre d’étapes. Acter la séparation, annoncer la nouvelle autour de soi, partager les affaires achetées en couple au fil des ans, avertir la banque… Beaucoup de corvées dont on se serait bien passée !

Toutefois, c’est aussi le moment des découvertes et d’être enfin soi-même.. Le moment où l’on peut aussi faire ce que l’on veut. Notamment avoir son propre rythme, ne pas sacrifier ses envies à celles de l’autre, partir en vacances seule, revoir des amis perdus de vue car notre ex ne les aimait pas…

« On connaissait les ressources du couple, on va découvrir celles de l’autonomie », remarque la spécialiste. « Certaines femmes qui se sont mariées jeunes, ont toujours été accompagnées, découvrent la grande jouissance qu’il y a à décider de sa vie et de soi-même. » Ajoute-t-elle ainsi.