in

Céline Dion… Son tendre hommage à son mari René Angélil

Céline Dion adresse un tendre message à son mari décédé René Angelil
Cela fait déjà cinq ans que René Angélil est mort. Son épouse, la célèbre Céline Dion, n’a pas hésité pour célébrer, le jeudi 14 janvier, ce triste anniversaire sur Instagram. La chanteuse québécoise a ainsi publié une photographie et un message émouvant dans lequel elle exprime son espoir.
Céline Dion : Un message émouvant pour l'anniversaire de René Angélil

Céline Dion, le Boss !

Le 14 janvier 2016, René Angélil décédait à Las Vegas, après son long combat contre sa maladie. Un décès dû à un cancer qui a donc laissé sa femme, Céline Dion, seule avec trois enfants et une vie professionnelle à gérer. La vedette, devenue « La Boss », se débrouille admirablement bien. Par contre, elle n’oublie jamais l’homme de sa vie !
Céline Dion: La Boss

Un tendre message !

En effet, elle a publié sur son compte Instagram, le 14 janvier 2021, un cliché de sa main tenant celle de son mari René, face aux vagues. En légende, la diva québécoise a écrit :
Une photo émouvante !
« René, ça fait 5 ans déjà… Il n’y a pas une journée où nous ne pensons pas à toi.  Nous nous tournons vers toi maintenant plus que jamais. Afin que tu nous guides, nous protèges et que tu continues à veiller sur nous.  Je prie pour que ton amour rayonne sur le monde entier, pour tous ceux qui, en cet instant précis, vivent des moments extrêmement difficiles. Tu es dans nos cœurs et dans nos vies pour toujours. On t’aime, Céline, René-Charles, Nelson et Eddy xx… »

Que pensez-vous de cet article?

Outziouar Abderrazak

Passionné par la téléréalité, je m’intéresse également à toutes les actualités et news people. J'aime aussi recueillir et écrire des informations sur les célébrités.

Iris Mittenaere : Son look ultra tendance fait le buzz

Iris Mittenaere : La Miss dévoile les marques de son look ultra tendance !

Camélia Jordana : Scandale suite à ses propos sur les "hommes blancs"

Camélia Jordana : Scandale suite à ses propos sur les “hommes blancs”