HomeDiversBernard Tapie. "C'était un signe" Il revient sur cette nuit de cauchemar

Bernard Tapie. “C’était un signe” Il revient sur cette nuit de cauchemar

Bernard Tapie a effectivement échappé au pire. Violemment cambriolé avec son épouse, l’homme d’affaires veut croire que les circonstances de l’agression ne sont pas le fruit du hasard.

Bernard Tapie, force rare de la nature !

Bernard Tapie, force rare de la nature !

Bernard Tapie comparaîtra, le 10 mai prochain, devant la justice dans le cadre de l’affaire de l’arbitrage. L’homme d’affaires de 78 ans lutte également depuis plus de trois ans contre un double cancer de l’œsophage et de l’estomac. Il se remet, tout doucement d’un violent cambriolage.

Une nuit cauchemardesque !

Une nuit cauchemardesque !

Cambriolé et agressé avec sa femme Dominique, le couple a vécu un vrai cauchemar. “Moi, je n’en ressens physiquement que très peu de choses. Et moralement encore moins”, a expliqué donc Bernard Tapie dans un long entretien accordé au magazine Le Point ce 21 avril.

Benrad Tapie : "Je le vis très mal"

Bernard Tapie : “Je le vis très mal”

“Au contraire de ma femme. Elle a été traînée par les cheveux de pièce en pièce, car les cambrioleurs voulaient qu’elle leur dise où était le coffre – nous n’en avons pas – et l’argent liquide – il n’y en avait pas. Ils l’ont rouée de coups pendant près d’une demi-heure”. Un moment traumatisant qui l’empêche aujourd’hui de trouver le sommeil. “Elle va être obligée d’avoir recours à des traitements psychologiques. Et ça, je le vis très mal”, ajoute ainsi Bernard Tapie.

"Le programme a changé"

“Le programme a changé”

En fait, si l’ex-patron d’Adidas a donc réussi à surmonter cette expérience difficile, c’est surtout en montrant un optimisme à toute épreuve. Bernard Tapie se veut alors positif et réussit déjà à retenir le positif. “Rétrospectivement, j’ai eu peur.  Mon fils Laurent, sa femme et leurs deux gamins devaient alors venir dormir chez nous cette nuit-là.  Le programme a changé”, assure-t-il ainsi soulagé.

C’était un signe !

C’était un signe !

Face à une telle coïncidence, Bernard Tapie a réuni donc sa famille le lundi de Pâques, juste après les faits. “Le lundi de Pâques, j’ai réuni toute la famille. Je leur ai dit : ‘Tout cela est arrivé un week-end pascal. C’était un signe. Ce sont les clous de ma croix. Et je veux croire que, le 10 mai, ce sera ma résurrection !'”. Annonce-t-il, en en faisant donc référence à la date de reprise de son procès en appel dans le cadre de l’affaire de l’arbitrage du Crédit Lyonnais.

Meriem Meskouk
Créatrice et curieuse, j'ai grandi en compagnie des livres, toujours à la recherche de nouvelles expériences à mener. Aussi, je suis passionnée par la cuisine et la photographie culinaire.
SUGGESTIONS