Basile Boli a pu “dire au revoir à Bernard Tapie “grâce à son fils

Basile Boli a pu "dire au revoir à Tapie "grâce à son fils

Basile Boli a pu “dire au revoir à Tapie”

Grâce à son fils Stéphane, Bernard Tapie, a pu recevoir la visite de Basile Boli trois jours avant sa mort. L’ancien défenseur de l’OM était bien évidemment présent, mercredi à Paris mais également vendredi à Marseille, pour assister aux messes en mémoire de l’ex-président.

Hommage à Bernard Tapie

Hommage à Bernard Tapie

Basile Boli “remercie chaleureusement Stéphane Tapie, qui m’a appelé jeudi dernier, le jour où l’OM jouait son match de Coupe d’Europe, pour me dire de venir rapidement le voir parce que son père allait partir”“. Cest bien l’ancien joueur de l’Olympique de Marseille. Basile Boli,sans aucun doute le footballeur le plus symbolique de l’ère Bernard Tapie, a fait révélé à L’Équipe :

Basile Boli : L'embrasser ne dernière fois

Basile Boli : L’embrasser ne dernière fois

“J’ai pu lui dire au revoir, et ça atténue un peu mon chagrin. J’ai pu lui parler et l’embrasser une dernière fois. C’est le dernier bisou que j’ai. Il était comme je l’ai toujours connu, un battant jusqu’au bout. Je crois que c’est le seul homme sur terre qui savait ce qui allait se passer une fois qu’il serait parti, il avait tout préparé. Enfin, presque : il pensait qu’il tiendrait jusqu’à mercredi pour se rendre au tribunal. Malheureusement, il n’a pas pu.”

Bernard Tapie savait parler aux hommes

Bernard Tapie savait parler aux hommes

Basile Boli, demeure cependant le seul buteur de l’unique victoire française en C1, en 1993 contre l’AC Milan (1-0. Basile Boli se souvient des capacités extraordinaires de motivation de son mentor : “Il nous faisait croire, avec Marcel Desailly, qu’on était meilleurs que Franco Baresi, Alessandro Costacurta et Paolo Maldini. Tu imagines ? La blague. Mais ça fonctionnait toujours parce qu’il savait parler aux hommes, appuyer là où il le fallait.

Basile Boli : "Je me souviens"

Basile Boli : “Je me souviens”

Je me souviens du match à Bruges le mois précédent, je reviens de blessure et je ne me sens pas forcément de jouer, mais je suis titulaire. Avant le match, il me suit jusqu’aux toilettes. Je suis en train de chier et il reste planté : ‘Le match, il est à toi !’ Il est entré dans ma tête. On mène 1-0 à la mi-temps, et en deuxième période Daniel Amokachi file au but. Je reviens sur 30 mètres, je m’arrache. Pendant toute ma course, je repensais aux mots de Bernard Tapie.”


Maurice Louis

Passionné par l'écriture et l'art, je suis de nature très curieuse, je m'intéresse à tous les sujets ! Je m'intéresse à la vie des célébrités en partageant les dernières nouveautés brûlantes.