HomeDiversAffaire conclue - Julien Cohen carrément antipathique avec une vendeuse !

Affaire conclue – Julien Cohen carrément antipathique avec une vendeuse !

Ce mardi 5 janvier, Julien Cohen n’a pas du tout été sympathique avec une vendeuse d’Affaire conclue. En effet, son attitude n’a pas été appréciée par Marie du Sordet, une autre acheteuse qui lui fait la remarquer…

L’acheteuse du jour

L’acheteuse du jour  

Julien Cohen n’a jamais peur de montrer ses dents. Il est même parfois brutal au moment de conclure une vente. Une attitude qui peut faire rire certains mais agacer d’autres.

Julien Cohen

Julien Cohen choque une vendeuse

En effet, Myriam était venue vendre une pendule et elle a failli repartir carrément déprimée. Alors qu’elle était plutôt fière de son objet, l’acheteur Julien Cohen l’a descendu plus bas que terre. Cependant, ce dernier a présenté une offre à hauteur de 150 euros pour un objet estimé à 200 euros. Par ailleurs, il a expliqué pourquoi il ne monterait pas plus haut.

Julien Cohen

En pièces détachées !

Apparemment, l’acheteur de l’émission Affaire conclue aurait besoin de plusieurs semaines pour « détruire » la pendule et récupérer les pièces. « Il va finir en pièces détachées, quoi, martèle-t-il.  J’ai besoin des quatre colonnes pour restaurer un meuble. Ça, là [en montrant le cadran, NDLR], ça va finir dans un globe tout étalé ça va être super beau… ».  Un funeste destin pour cet objet qui a fait grimacer la vendeuse du jour…

Julien Cohen : « C’est le business » !

Julien Cohen : « C’est le business » !

La détresse de la vendeuse a énormément touché Marie du Sordet. Elle est donc venue à sa rescousse.

L'acheteur d'antiquités

C’est le business

« Non, mais là, ce n’est pas très gentil », a-t-elle lancé à Julien Cohen, avant de le couper à nouveau et de répéter : « Ce n’est pas très gentil, pour la dame, quand même… ».  « Mais c’est le business », a simplement répondu l’acheteur d’Affaire conclue.

La vendeuse Myriam chez Affaire conclue

Néanmoins, Julien Cohen a finalement fait l’effort d’aligner sa proposition sur le prix d’estimation de 200 euros. En revanche, cela n’était pas suffisant pour Marie du Sorbet qui a fait monter les enchères encore plus, jusqu’à acquérir les 330 euros. De plus, l’objet restera en un seul morceau. Chose qui a fait le bonheur de Myriam !

Imane Benlimam
Enthousiaste et passionnée, je suis une dilettante qui assouvit ses curiosités intellectuelles à travers son seul exutoire, l'écriture. Ainsi, c'est ma passion pour l'actualité et l'engouement de transmettre qui me donne ce plaisir-là que je vous invite à partager !
SUGGESTIONS